Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2014

Sultan Galiev et le communisme national turc

asie centrale,urss,communisme,panturquisme,sultan galiev

 

Jean-Paul Roux, Histoire des Turcs. Deux mille ans du Pacifique à la Méditerranée, Paris, Fayard, 2000, p. 397-398 :

"Incapables de continuer la lutte, sauf pour la guérilla, abandonnés par les Occidentaux qui ne voyaient en eux, avec l'Anglais Pipes, que de « passives populations coloniales », les Turcs de l'ancien empire russe n'ont d'autres ressources que de jouer le jeu du communisme. En Crimée, en Azerbaïdjan, à Oufa et surtout à Kazan, une partie de l'élite adhère à l'ordre nouveau. (...)

Tous les Turcs de l'empire soviétique n'ont certainement pas la même idéologie, le même projet, la même tactique, mais beaucoup adhèrent à la politique de Mir Seyyid Sultan Ali Oglu, plus connu sous son nom russifié de Sultan Galiev. Ce musulman le plus haut placé dans la hiérarchie du parti communiste, proche collaborateur de Staline, devient, entre 1920 et 1923, le héraut du « communisme national tatar ». Son but est l'union de tous les musulmans exploités (ceux de Russie d'abord, les autres, s'il se peut, ensuite) dans une République socialiste unifiée du Grand Touran. Accessoirement, il reprend les vieilles revendications de décolonisation, de restitution des terres. Il se berce d'illusions. Les bolcheviks, ses amis, parlent aussi de la fin du colonialisme, mais ils entendent par là tout autre chose ; un malentendu naît entre les Turcs et les Russes, non sans une bonne dose de mauvaise foi d'un côté, de conscient aveuglement de l'autre.

Dès l'époque de la guerre civile a été conçue la politique dite des « nationalités » qui est mise en place progressivement à partir de 1922. Elle est diamétralement opposée à celle du sultan-galiévisme, puisqu'elle mène à la formation d'unités politiques multiples, différentes de taille et de structure ; fondées sur des territoires délimités, largement artificiels, ne tenant compte ni de l'Histoire, ni même de la répartition ethnique, toutes comportent de fortes minorités (bien qu'on les déclare Azéris, Ouzbeks, Tadjiks, etc.)."

22/03/2014

Enver Paşa et le bolchevisme

jön türkler, Enver Paşa, Turquie, communisme, panturquisme, Asie centrale,

 

Semih Vaner, "La Turquie entre l'Occident-Patron et le « Grand Voisin du Nord »", in Zaki Laïdi (dir.), L'URSS vue du Tiers Monde, Paris, Karthala, 1984, p. 100-101 :

"Comme le relève l'historien P. Dumont, dans la plupart des organisations « communistes » turques, du début des années 1920, il y avait une évidente propension au panasiatisme voire au panturquisme. L'itinéraire le plus singulier de ces panturquistes et pantouraniens fut sant doute celui d'Enver, ministre de la Guerre en 1914 et principal responsable de l'entrée en guerre de l'Empire ottoman aux côtés de l'Allemagne. Exilé en Union soviétique, Enver chercha d'abord avec ses partisans unionistes, « moyennant quelques réserves et certaines approximations idéologiques, son ralliement à la cause bolchevique » avant de tomber en août 1922, au cours d'une expédition au Turkestan, à la tête des Basmacı, contre l'armée rouge."

Enregistrer

16/03/2014

Socialisme et nationalisme en Turquie

Francois Georgeon, Des Ottomans aux Turcs. Naissance d'une nation, Istanbul, Isis, 1995, p. 9 :

"Dès avant l'entrée en guerre, du reste, les Jeunes Turcs ont proclamé l'abrogation unilatérale des capitulations.

En même temps l'anti-impérialisme devient l'un des thèmes favoris de la jeunesse et de l'intelligentsia turque. Le premier à apporter aux intellectuels turcs une théorie de l'impérialisme est Parvus. Nationalisme et socialisme coïncident étroitement à cette époque : de nombreux socialistes et communistes sont issus des rangs nationalistes, à commencer par le fondateur du parti communiste turc Mustafa Suphi qui, en 1912-1913, militait dans les rangs d'un petit parti nationaliste. Cette convergence du socialisme et du nationalisme est un autre facteur qui contribue à donner au nationalisme turc de cette époque une coloration progressiste. Pendant la guerre d'indépendance, guerre de libération nationale menée au moins autant contre les envahisseurs grecs que contre les impérialistes anglais, Mustafa Kemal qui s'appuie sur la Russie soviétique va parfois jusqu'à employer un vocabulaire nettement anti-impérialiste.

Cette coloration anti-impérialiste est fondamentale pour comprendre ce qu'est le nationalisme turc aujourd'hui."

La "Légion turque de libération de la Thrace occidentale" d'Ekrem Bey

Thierry Mudry, Guerre de religions dans les Balkans, Paris, Ellipses, 2005, p. 139 :

"Les Turcs de Thrace occidentale voulaient chasser les Grecs, rentrés en possession de leur région au lendemain de la Grande Guerre. La dernière insurrection turco-musulmane eut lieu en 1946, à l'instigation du communiste turc Ekrem Bey. Une Légion turque de libération de la Thrace occidentale fut formée à l'époque et prit part à la guerre civile grecque. La défaite du général Markos et de son armée révolutionnaire, repliée dans le nord de la Grèce, et la fuite d'Ekrem Bey en Bulgarie en 1949 entraînèrent le démantèlement de la Légion turque."

Joëlle Dalègre, La Thrace grecque : populations et territoire, Paris, L'Harmattan, 1997, p. 159-160 :

"Nul ne conteste que les musulmans incorporés dans l'armée grecque n'aient combattu à l'égal des chrétiens, quelques-uns regroupés autour d'Ekrem Bey ont formé une "Légion turque de libération de la Thrace occidentale", avec le soutien du KKE (PC grec) et de la Bulgarie, mais ils semblent avoir été plus motivés par le désir de voir changer les frontières du pays que par le communisme, et ils ont été peu suivis. L'épreuve de la guerre mondiale a plutôt resserré les solidarités entre les habitants face à l'ennemi commun, et les musulmans se sont montrés des citoyens en large majorité fidèles à la Grèce."

12/12/2013

Memmed Emin Resulzade et Joseph Staline

stalin_resulzade.jpg

Staline et Resulzade.

 

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 275 :

"Memmet Emin Rasulzadeh, réfugié dans les montagnes de Lahidj, au nord de Shemakhi, fut capturé et emprisonné à Bakou [en 1920]. Staline, apprenant cela alors qu'il était de passage à Bakou, demanda à le voir et le fit libérer aussitôt. Ce geste de mansuétude qui ne lui ressemblait pas paraît être dû à une étroite amitié et à une vieille dette de l'époque où ils étaient tous deux dans la clandestinité. Rasulzadeh avait en effet fait échapper Staline de cette même prison de Bailovo au début du siècle. Staline lui offrit même un poste au Narkomnats. Rasulzadeh s'enfuit d'URSS deux ans plus tard."

La lutte des forces soviéto-azéries contre le nationalisme arménien au Haut-Karabakh (1988-1991)

Gaïdz Minassian, Guerre et terrorisme arméniens, 1972-1998, Paris, PUF, 2002 :

"Dès septembre 1988, sous la pression du FPA, Bakou impose un blocus de la RSS d'Arménie et du Haut-Karabakh. Le général Safonov, commandant des forces soviéto-azéries dans l'enclave rattachées à la IVe armée soviétique, décrète l'état d'urgence, le 24 septembre, trois jours après les affrontements de Stepanakert qui ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés des deux côtés. Au même moment, S. Haroutounian reçoit discrètement à Erevan H. Maroukhian, venu lui indiquer que la FRA s'engage à soutenir le pouvoir en place à la seule condition que Erevan se porte garante de la sécurité des Arméniens du Haut-Karabakh." (p. 149)

Gaïdz Franck Minassian, "Le Haut Karabagh : la guerre pour une enclave", Cahiers de l'Orient, n° 57, 2000 :

"A priori, le rapport de force penche en faveur des forces azéries qui peuvent s'appuyer sur la législation en vigueur en matière d'état d'urgence et sur les forces du ministère de l'Intérieur d'Azerbaïdjan, les OMON, composées exclusivement d'Azéris. Ce sont elles qui, sous commandement direct de la direction du PC Azerbaïdjanais, interviennent dans la guerre pour rétablir la légalité soviéto-azerbaïdjanaise.

Cependant, dans l'enclave, on a affaire à un bi-commandement sous la houlette du tandem Safonov-Polianitchko : les OMON sont placés sous étroite surveillance du quartier-général de l'armée soviétique à Aghdam, commandé par le général Safonov, éphore du Haut-Karabagh, qui prend toutes les mesures de sécurité et organise les plans d'évacuation des Arméniens, avec la complicité du numéro deux du PC Azerbaïdjanais, le russe Victor Polianitchko. Le tandem Safonov-Polianitchko sera victime de sa terreur. En 1994, les deux responsables auraient été abattus par des terroristes dachnaks." (p. 93)

"Les forces soviéto-azéries passent de nouveau à l'action en décembre lorsque l'Arménie indépendantiste rejette les modalités du Traité de l'Union de M. Gorbatchev, incompatibles avec sa déclaration de souveraineté du 17 août 1990, alors que l'Azerbaïdjan communiste les approuve. Le bras de fer entre Moscou et Erevan met le feu aux poudres dans le Haut-Karabagh, où les forces soviéto-azéries lancent l'opération « Anneau » (Kaltsou en russe) qui consiste à régler la question du Haut-Karabagh par l'usage de la force. Aussitôt, le général Safonov accuse les Arméniens de fanatisme, de subversion, de terrorisme et de sabotage contre l'ordre soviétique. Dès le mois d'avril 1991, les forces soviéto-azéries sont prêtes à intervenir avec chars et artillerie lourde. A Stepanakert, l'heure est aux négociations. Les députés communistes arméniens croient encore à la stratégie du compromis et dissuadent ceux qui veulent rejoindre l'Organisation des Combattants de la Liberté du Karabagh (OCLK), embryon de commandement unifié sous la direction conjointe de dachnaks et d'indépendants." (p. 95)

Le parcours de Heidar Aliev au sein du système soviétique

Azerbaïdjan, URSS, Aliev, Brejnev, Andropov, Gorbatchev, Caucase,

Heidar Aliev et Leonid Brejnev.

 

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002 :

"Né en 1923 au Nakhitchevan, Heidar Aliev fit une brillante carrière au sein du KGB. Avant d'être nommé premier secrétaire du Parti lors du plénum de juillet 1969, il fut le vice-président de cet organe pour l'Azerbaïdjan en 1964, devenu son président en 1967, la première fois pour un Azéri depuis Mir Djafar Baghirov. Homme d'envergure, il marqua les 13 ans de sa mandature sur le pays d'une forte empreinte personnelle. Son ombre était présente dans tous les secteurs, de l'économie à la création artistique en passant par l'éducation. Il mena une traque implacable contre les corrompus et les incompétents.

Farouche partisan du magistère idéologique du Parti, le « hussard noir » de Moscou entendait que ses structures locales jouent un rôle moteur dans la conduite des affaires et soient un modèle de discipline dans l'exercice du pouvoir. Il renforça le contrôle sur les cadres. Sa faconde fondamentaliste, sa rectitude affichée face aux instructions de Moscou s'illustrèrent notablement en matière économique. Sa politique d'encadrement étroit du secteur économique par le Parti produisit des résultats saisissants remarqués à Moscou. Les taux de productivité s'élevèrent soudainement tant dans le secteur industriel qu'agricole. Parvenu au sixième rang dans l'Union pour la productivité industrielle dès 1974, il affichait un taux record de croissance industrielle de 47 % entre 1976 et 1980, plaçant le pays au premier rang de l'Union. En 1970, le revenu moyen par habitant était de 60% de celui de la moyenne nationale ; en 1980, il avait atteint 80 %.

La production du coton et du raisin s'envola spectaculairement. Dans les années 80, le pays devint le principal producteur soviétique de raisin et en dix ans avait plus que doublé la production de coton (5,5 millions de tonnes). (...)

Sa méthode d'administration de la République passait par une forte promotion des cadres azéris. Cette politique proche d'une nouvelle « korenizatsia » consolida une « nomenklatura » locale, ce qui valut plus tard à son initiateur des critiques de « favoritisme » (origine du Nakhitchevan), de « réseau » (issus du KGB) ou de « maffia Aliev ». Entre 1970 et 1979, la proportion de Russes baissa de 10 à 8 % et celle d'Arméniens de 9 à 8 %. Dans la même période, la population azérie s'était accrue d'un peu plus d'un million d'individus, faisant suite à la période 1960-1970 au cours de laquelle la population azérie avait double de moitié. La pression démographique restait très forte tandis que la crise du logement se faisait de plus en plus aiguë, sans que le pouvoir n'y apporte de réponse adéquate. Pour la première fois, la part des urbains dépassait celle des ruraux, Bakou comptant environ 1,5 million d'habitants, soit plus de 20 % d'augmentation en dix ans. En 1970, les Azéris étaient pour la première fois majoritaires à Bakou qui devint la première capitale d'une république musulmane à avoir une majorité de natifs." (p. 320-321)

"A la mort de Léonid Brejnev en novembre 1982, la nomination de Youri Andropov (1982-1984), ancien chef du KGB, au poste de premier secrétaire du PCUS mena Heidar Aliev au Politburo à Moscou et au poste de vice-président du conseil des ministres de l'URSS. L'accession de Mikhaïl Gorbatchev en mars 1985 au pouvoir marqua la fin de la présence azérie dans les cercles de l'Etat central. Un accident cardiaque qui frappa Aliev servit de prétexte à sa mise à la retraite prématurée le 21 octobre 1987. Les deux hommes ne s'entendaient pas." (p. 324)

Enregistrer

03/12/2013

La condamnation soviétique de la révolte de Şeyh Said (1925)

turquie,urss,communisme,kémalisme,kurdes

Caricature de Şeyh Said dans la presse soviétique.

 

Celal Sayan, La construction de l'Etat national turc et le mouvement national kurde, 1918-1938, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002, p. 573-574 :

"L'attitude de l'Union soviétique à l'égard du mouvement insurrectionnel kurde, fut écartée longtemps du champ des discussions en Turquie et au Kurdistan. Le soulèvement kurde s'est déroulé dans une période où les divergences entre les fondateurs de l'Union soviétique n'étaient pas au rendez-vous ; par conséquent l'héritage de cette période était revendiqué par la gauche dite révolutionnaire, toutes tendances confondues. Et le fait que tous les soulèvements kurdes de cette époque soient qualifiés de réactionnaires et condamnés par le pouvoir soviétique faisait qu'en Turquie ou les "forces progressistes" n'en parlaient pas ou bien lorsqu'il s'agissait d'exprimer l'opinion sur ces soulèvements, la "réaction", le "jeu de l'impérialisme", les "féodaux réactionnaires" etc., occupaient la grande partie du terrain dans les discussions.

Livrées à la presse par un bulletin spécial, le 26 février 1925 à Moscou, les précisions de l'internationale communiste se dessinaient ainsi :

"La révolte de Cheikh Saïd contre Mustafa Kemal et le gouvernement d'Ankara est jugée par Moscou comme une attaque contre-révolutionnaire menée en alliance par la réaction turque et l'impérialisme anglais.

"Mustafa Kemal représente le mouvement de la libération nationale et s'emploie à la démocratisation de la Turquie et à sa libération de l'emprise du féodalisme et des fanatiques musulmans. Contre Mustafa Kemal luttent en premier lieu l'impérialisme, en second lieu les notables, en troisième lieu les religieux et en quatrième lieu la bourgeoisie marchande des villes portuaires, liée aux capitaux étrangers".

Les communistes turcs qui sans l'approbation de Moscou ne faisaient rien de leur propre initiative, écrivaient les phrases suivantes, dans les numéros du 26 février et 5 mars de l'hebdomadaire des communistes turcs "Orak-Çekiç" (la faucille et le marteau) :

"A la tête de la réaction se trouve non pas le Cheikh Saïd mais le despotisme ; contre la réaction le peuple est avec le gouvernement".

"A bas la réaction..., à l'Assemblée nationale d'Ankara les mains de la bourgeoisie gauchiste serrent la gorge des bigots moyenâgeux."

La liste des qualificatifs employés par les communistes turcs est longue. Ils ont gardé la même attitude contre le soulèvement d'Agridagh et celui de Dersim également. De nos jours, il se trouve que l'attitude de l'ex-Union soviétique et celle des communistes d'autres pays qui la suivaient aveuglément, ne font plus l'objet de l'attention qui était, autrefois si dense."

27/11/2013

İsmet İnönü et l'URSS

INONU-STALIN-ILE-BIRLIKTE.jpg

 

Michael J. Carley, 1939 : l'alliance de la dernière chance. Une réinterprétation des origines de la Seconde Guerre mondiale, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2001, p. 174-175 :

"Le 4 mai [1939], comme l’avait prévu Litvinov, les Britanniques renouvelèrent leur proposition de garanties unilatérales. Cependant, ce qui suivit n’était pas si prévisible. Potemkine se rendit à Ankara pour poursuivre des négociations en vue d’améliorer les relations avec la Turquie (une alliée importante des Soviétiques durant l’entre-deux-guerres), négociations qui avaient débuté en même temps que celles que menaient les Britanniques et les Français. Il rencontra le président turc, Ismet Inönü, qui reprocha à la France et à la Grande-Bretagne de ne pas s’opposer à l’expansion allemande vers l’est. Ismet estimait que la politique franco-britannique consistait à se tenir éloignés en espérant que l’Allemagne s’épuiserait dans un conflit à l’est, afin de devenir les arbitres de l’Europe. Malheureusement, leurs calculs s’étaient révélés faux, l’Autriche, la Tchécoslovaquie et l’Albanie ayant été englouties. Selon Ismet, les Etats encore indépendants en Europe de l’Est avaient perdu confiance dans l’aide franco-britannique et envisageaient n’importe quel compromis avec Hitler. La Grande-Bretagne et la France, s’étant finalement aperçues du danger, avaient entamé des négociations avec la Turquie et l’URSS. « Pour Ismet, l’URSS ne devait pas rejeter les offres de coopération [franco-britanniques]. » Il conseilla à Potemkine d’accepter la proposition de Bonnet ou, au pire, d’admettre le concept britannique de garanties unilatérales, puis de construire sur cette base. Selon lui, accepter cette proposition n’était pas incompatible avec « la dignité » soviétique. Une alliance anglo-franco-soviétique était cruciale. Du reste, Ismet avait confié à Weygand, qui visitait la Turquie à peu près au même moment, que la France « ne pouvait pas se défendre contre l’Allemagne sans l’aide de l’URSS »."

Emel Parlar Dal, Les relations turco-américaines (1945-1980). Genèse d'une relation spéciale entre ombres et lumières, Paris, L'Harmattan, 2011, p. 238 :

"A propos du lien entre la nouvelle orientation de la politique extérieure turque et la crise chypriote, le Premier ministre turc İsmet İnönü déclara : « le problème chypriote ne trouvera pas une solution satisfaisante pour Ankara dans le cadre étroit de l'OTAN. Le rapprochement avec l'U.R.S.S privera Monseigneur Makarios d'un puissant allié potentiel. La Turquie en revanche, gagnera aux Nations unies des soutiens non seulement parmi les Etats communistes mais aussi dans les rangs des pays non-alignés. De plus, elle obtiendra enfin une aide économique soviétique susceptible de pallier l'insuffisance des Etats-Unis. »

Dans ce climat de détente, un véritable rapprochement s'opéra entre Ankara et Moscou avec la visite officielle du ministre des Affaires étrangères turc Feridun Cemal Erkin à Moscou à l'automne 1964. A ce sujet, notons que les Soviétiques avaient invité le gouvernement turc six mois auparavant. Cependant, cette invitation fut déclinée par le Premier ministre turc İsmet İnönü. Avec l'aggravation de la crise chypriote suite à la lettre de Johnson, celui-ci décida de reconsidérer la proposition soviétique et décida enfin de l'accepter. Indéniablement, la crise chypriote joua un rôle de catalyseur dans le rapprochement turco-soviétique à partir de l'année 1964."

Enregistrer

25/11/2013

Les aides soviétiques à la Turquie dans les années 70

Gilles Bertrand, Le conflit helléno-turc : la confrontation de deux nationalismes à l'aube du XXIe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 55 :

"Pour atteindre cet objectif (la reconnaissance de la valeur stratégique et du statut de puissance régionale de la Turquie), ses dirigeants mènent une politique de rapprochement prudent avec l'Union soviétique qui renforcerait l'intervention de cette dernière dans les différends helléno-turcs. Quelques mois après la lettre de Johnson, le ministre des Affaires étrangères, Feridun Cemal Erkin, effectue une visite officielle à Moscou (novembre 1964), une première depuis 1939. Suivent deux autres visites officielles à Moscou : celle du Premier ministre Süleyman Demirel (septembre 1967) et celle du président de la République, Cevdet Sunay (octobre 1969) au cours desquelles des aides financières soviétiques sont négociées, ainsi que des partenariats industriels et commerciaux. Après une parenthèse, due notamment au coup d'Etat de 1971, les relations turco-soviétiques connaissent une nouvelle embellie de 1975 à 1979, époque, précisément, de l'embargo américain sur les armes. La Turquie recevra, entre 1975 et 1979, 2,8 milliards de dollars d'aides soviétiques et, en 1978, « elle est devenue (...) la première bénéficiaire de l'assistance soviétique bilatérale au Tiers-Monde »."