Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2016

La contribution du peuple azerbaïdjanais à la victoire sur le nazisme

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 303-304 :

"La seconde guerre mondiale

Environ 600 000 Azéris, peut-être plus, furent mobilisés. Moins de la moitié rentrèrent vivants. Pour une population de moins de 3 millions d'âmes, une telle saignée d'hommes jeunes a été terrible. Comme les autres citoyens soviétiques, ils étaient enrôlés dans les rangs de l'armée régulière ou des unités de partisans opérant en zones contrôlées par l'ennemi, notamment en Ukraine. Pour ceux qui maîtrisaient mal le russe, on créa des « divisions nationales ». Des groupes de partisans « internationalistes » furent aussi envoyés soutenir la résistance communiste, surtout en France et en Yougoslavie.

A l'intérieur du pays, la population était soumise à une très forte augmentation des rendements pétroliers, industriels et agricoles, car le pouvoir l'avait destiné à être un grenier pour les ressources alimentaires. A la fois à l'écart du théâtre immédiat des opérations et plus proche des besoins que les régions éloignées de l'empire, elle offrait des commodités logistiques."

Kamal Abdoulla et Michel Malherbe, Parlons azerbaïdjanais. Langue et culture, Paris, L'Harmattan, 2008, p. 30-31 :

"Entre 1941 et 1945, l'Azerbaïdjan participe à la guerre contre le fascisme. Pendant cette période, le pétrole de Bakou revêt une importance capitale. En effet, la majorité des chars et des avions utiliseront cette ressource.

Les héros azerbaïdjanais de l'Union Soviétique comme Hazi Aslanov (1910-1945), Mehdi Husseynzadé (1918-1944) ont fait preuve d'un héroïsme exceptionnel et ont laissé leur nom dans l'histoire. Pendant les années de guerre, le 27 novembre 1944, soulignons la visite à Bakou de Charles de Gaulle, alors dirigeant du mouvement de Résistance et président du Gouvernement Provisoire de la République Française."

06/05/2016

L'hostilité d'İsmet İnönü à l'égard des milieux panturquistes anti-soviétiques

İsmet İnönü, discours à l'occasion de la journée de la jeunesse, Ankara, 19 mai 1944 :

"Le panturquisme est une manifestation dangereuse et malsaine de ces derniers temps. (...) Dans cette condition, nous sommes confrontés à des efforts hostiles à l'existence de la République et de l'Assemblée nationale sous couvert d'idées attrayantes. (...) Il est clair que ceux qui veulent mettre en avant ces idées, qui apporteront seulement des troubles et des désastres, ne peuvent être d'aucune utilité pour la nation turque."

14/07/2015

Années 40-50 : le châtiment contre les dachnaks (fascistes-collaborationnistes arméniens) en URSS

Kliment Vorochilov, note au Praesidium du Comité Central du PCUS sur le nombre et les catégories de déplacés spéciaux en URSS (4 mars 1954), source : Nicolas Werth, "Les déportations des « populations suspectes » dans les espaces russes et soviétiques, 1914-1953", Communisme, n° 78-79, 2004, p. 45 :

"Conformément au décret du Praesidium du Soviet Suprême de l'URSS en date du 21 février 1948, ont été envoyés en déportation, à l'issue de leur peine de camp, les espions, les trotskystes, les mencheviks, les droitiers, les terroristes, les nationalistes et les autres criminels particulièrement dangereux. Cette catégorie représente, à ce jour, 52 468 individus.

On trouve également, dans les villages de peuplement, de nombreuses autres catégories de personnes déportées sur décision du gouvernement de l'URSS :

- ex-koulaks, déportés des régions de collectivisation totale en vertu du décret du Conseil des commissaires du peuple en date du 1er février 1931, et toujours en vie, soit à ce jour 24 686 individus.

- citoyens soviétiques d'origine polonaise, déportés des districts frontaliers des RSS de Biélorussie et d'Ukraine, conformément à la résolution du Conseil des commissaires du peuple en date du 28 avril 1936, soit à ce jour 36 045 individus.

- membres de l'OUN, déportés des régions occidentales de l'Ukraine conformément aux résolutions du Conseil des ministres du 10 septembre 1947 et 4 octobre 1948, soit à ce jour 175 063 individus.

- citoyens soviétiques, de nationalité étrangère ou sans nationalité définie, dachnaks et autres, déportés de Géorgie en vertu de la résolution du Comité d'Etat à la Défense du 31 juillet 1944 et des résolutions du Conseil des ministres du 29 mai 1949, 21 février 1950 et 29 novembre 1951, soit à ce jour 160 197 individus.

- « Vlassoviens », déportés pour une durée de six ans conformément à la résolution du Comité d'Etat à la Défense du 21 décembre 1945 et de la résolution du Conseil des ministres en date du 29 mars 1946, soit à ce jour 56 476 individus."

16/03/2014

La "Légion turque de libération de la Thrace occidentale" d'Ekrem Bey

Thierry Mudry, Guerre de religions dans les Balkans, Paris, Ellipses, 2005, p. 139 :

"Les Turcs de Thrace occidentale voulaient chasser les Grecs, rentrés en possession de leur région au lendemain de la Grande Guerre. La dernière insurrection turco-musulmane eut lieu en 1946, à l'instigation du communiste turc Ekrem Bey. Une Légion turque de libération de la Thrace occidentale fut formée à l'époque et prit part à la guerre civile grecque. La défaite du général Markos et de son armée révolutionnaire, repliée dans le nord de la Grèce, et la fuite d'Ekrem Bey en Bulgarie en 1949 entraînèrent le démantèlement de la Légion turque."

Joëlle Dalègre, La Thrace grecque : populations et territoire, Paris, L'Harmattan, 1997, p. 159-160 :

"Nul ne conteste que les musulmans incorporés dans l'armée grecque n'aient combattu à l'égal des chrétiens, quelques-uns regroupés autour d'Ekrem Bey ont formé une "Légion turque de libération de la Thrace occidentale", avec le soutien du KKE (PC grec) et de la Bulgarie, mais ils semblent avoir été plus motivés par le désir de voir changer les frontières du pays que par le communisme, et ils ont été peu suivis. L'épreuve de la guerre mondiale a plutôt resserré les solidarités entre les habitants face à l'ennemi commun, et les musulmans se sont montrés des citoyens en large majorité fidèles à la Grèce."

27/11/2013

İsmet İnönü et l'URSS

INONU-STALIN-ILE-BIRLIKTE.jpg

 

Michael J. Carley, 1939 : l'alliance de la dernière chance. Une réinterprétation des origines de la Seconde Guerre mondiale, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2001, p. 174-175 :

"Le 4 mai [1939], comme l’avait prévu Litvinov, les Britanniques renouvelèrent leur proposition de garanties unilatérales. Cependant, ce qui suivit n’était pas si prévisible. Potemkine se rendit à Ankara pour poursuivre des négociations en vue d’améliorer les relations avec la Turquie (une alliée importante des Soviétiques durant l’entre-deux-guerres), négociations qui avaient débuté en même temps que celles que menaient les Britanniques et les Français. Il rencontra le président turc, Ismet Inönü, qui reprocha à la France et à la Grande-Bretagne de ne pas s’opposer à l’expansion allemande vers l’est. Ismet estimait que la politique franco-britannique consistait à se tenir éloignés en espérant que l’Allemagne s’épuiserait dans un conflit à l’est, afin de devenir les arbitres de l’Europe. Malheureusement, leurs calculs s’étaient révélés faux, l’Autriche, la Tchécoslovaquie et l’Albanie ayant été englouties. Selon Ismet, les Etats encore indépendants en Europe de l’Est avaient perdu confiance dans l’aide franco-britannique et envisageaient n’importe quel compromis avec Hitler. La Grande-Bretagne et la France, s’étant finalement aperçues du danger, avaient entamé des négociations avec la Turquie et l’URSS. « Pour Ismet, l’URSS ne devait pas rejeter les offres de coopération [franco-britanniques]. » Il conseilla à Potemkine d’accepter la proposition de Bonnet ou, au pire, d’admettre le concept britannique de garanties unilatérales, puis de construire sur cette base. Selon lui, accepter cette proposition n’était pas incompatible avec « la dignité » soviétique. Une alliance anglo-franco-soviétique était cruciale. Du reste, Ismet avait confié à Weygand, qui visitait la Turquie à peu près au même moment, que la France « ne pouvait pas se défendre contre l’Allemagne sans l’aide de l’URSS »."

Emel Parlar Dal, Les relations turco-américaines (1945-1980). Genèse d'une relation spéciale entre ombres et lumières, Paris, L'Harmattan, 2011, p. 238 :

"A propos du lien entre la nouvelle orientation de la politique extérieure turque et la crise chypriote, le Premier ministre turc İsmet İnönü déclara : « le problème chypriote ne trouvera pas une solution satisfaisante pour Ankara dans le cadre étroit de l'OTAN. Le rapprochement avec l'U.R.S.S privera Monseigneur Makarios d'un puissant allié potentiel. La Turquie en revanche, gagnera aux Nations unies des soutiens non seulement parmi les Etats communistes mais aussi dans les rangs des pays non-alignés. De plus, elle obtiendra enfin une aide économique soviétique susceptible de pallier l'insuffisance des Etats-Unis. »

Dans ce climat de détente, un véritable rapprochement s'opéra entre Ankara et Moscou avec la visite officielle du ministre des Affaires étrangères turc Feridun Cemal Erkin à Moscou à l'automne 1964. A ce sujet, notons que les Soviétiques avaient invité le gouvernement turc six mois auparavant. Cependant, cette invitation fut déclinée par le Premier ministre turc İsmet İnönü. Avec l'aggravation de la crise chypriote suite à la lettre de Johnson, celui-ci décida de reconsidérer la proposition soviétique et décida enfin de l'accepter. Indéniablement, la crise chypriote joua un rôle de catalyseur dans le rapprochement turco-soviétique à partir de l'année 1964."

Enregistrer

25/11/2013

Le rôle des Azéris dans la Résistance française

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 306 :

"Certains [prisonniers azéris] toutefois, une fois libérés des camps [allemands], souvent traités comme des combattants de seconde zone par rapport à l'élite « aryenne », firent défection et rejoignirent des groupes clandestins liés aux réseaux communistes, en France par exemple."