Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2016

La méfiance des marxistes à l'égard du nationalisme arménien

Anahide Ter Minassian, "Le mouvement révolutionnaire arménien, 1890-1903", Cahiers du monde russe et soviétique, volume 14, n° 4, 1973, p. 559-560 :

"Jamais les marxistes russes, géorgiens et arméniens n'acceptèrent de qualifier de socialistes les partis hintchak et daschnak, qu'ils dénoncèrent toujours auprès des socialistes européens comme des partis nationalistes bourgeois. La conversion officielle des daschnaks au socialisme fut interprétée comme une manoeuvre, point de vue que les S.-R. russes devaient toujours partager. (...)

En 1894, Hovsep Atabékiantz avait traduit, à Stuttgart, le Manifeste du Parti communiste. Il envoya une longue lettre à Engels, sollicitant une introduction pour sa traduction arménienne et décrivant les « atrocités bulgares » dont étaient victimes les Arméniens de Turquie. Engels refusa, invoquant son ignorance de l'arménien, mais à la fin de sa lettre il déclara : « Mon opinion personnelle est que la libération de l'Arménie du joug turc, de même que du joug russe, sera possible lorsque le tsarisme s'écroulera. »

Ainsi, Engels rappelait les leçons de Marx : lutter contre le tsarisme, ne pas favoriser le démembrement de l'Empire ottoman. Cela explique pourquoi les socialistes allemands, dont K. Liebknecht, ont d'abord considéré avec méfiance les mouvements révolutionnaires arméniens en Turquie, qui leur paraissent être menés d'un point de vue totalement étranger au socialisme. Dirigés par des Arméniens de Russie, suspects d'être des agents doubles, ces mouvements tendent à faire éclater l'Empire ottoman, donc à favoriser l'expansion russe en Asie Mineure et à renforcer l'autocratie."

14/07/2015

Années 40-50 : le châtiment contre les dachnaks (fascistes-collaborationnistes arméniens) en URSS

Kliment Vorochilov, note au Praesidium du Comité Central du PCUS sur le nombre et les catégories de déplacés spéciaux en URSS (4 mars 1954), source : Nicolas Werth, "Les déportations des « populations suspectes » dans les espaces russes et soviétiques, 1914-1953", Communisme, n° 78-79, 2004, p. 45 :

"Conformément au décret du Praesidium du Soviet Suprême de l'URSS en date du 21 février 1948, ont été envoyés en déportation, à l'issue de leur peine de camp, les espions, les trotskystes, les mencheviks, les droitiers, les terroristes, les nationalistes et les autres criminels particulièrement dangereux. Cette catégorie représente, à ce jour, 52 468 individus.

On trouve également, dans les villages de peuplement, de nombreuses autres catégories de personnes déportées sur décision du gouvernement de l'URSS :

- ex-koulaks, déportés des régions de collectivisation totale en vertu du décret du Conseil des commissaires du peuple en date du 1er février 1931, et toujours en vie, soit à ce jour 24 686 individus.

- citoyens soviétiques d'origine polonaise, déportés des districts frontaliers des RSS de Biélorussie et d'Ukraine, conformément à la résolution du Conseil des commissaires du peuple en date du 28 avril 1936, soit à ce jour 36 045 individus.

- membres de l'OUN, déportés des régions occidentales de l'Ukraine conformément aux résolutions du Conseil des ministres du 10 septembre 1947 et 4 octobre 1948, soit à ce jour 175 063 individus.

- citoyens soviétiques, de nationalité étrangère ou sans nationalité définie, dachnaks et autres, déportés de Géorgie en vertu de la résolution du Comité d'Etat à la Défense du 31 juillet 1944 et des résolutions du Conseil des ministres du 29 mai 1949, 21 février 1950 et 29 novembre 1951, soit à ce jour 160 197 individus.

- « Vlassoviens », déportés pour une durée de six ans conformément à la résolution du Comité d'Etat à la Défense du 21 décembre 1945 et de la résolution du Conseil des ministres en date du 29 mars 1946, soit à ce jour 56 476 individus."

Staline et la question du Haut-Karabakh et du Nakhitchevan

staline,urss,turquie,türk kurtuluş savaşı,kémalisme,caucase,azerbaïdjan,arméniens,dachnak,atatürk

 

Richard G. Hovanissian, "L'intermède de l'indépendance nationale", Esprit, juin 1984, p. 107-108 :

"Les efforts du gouvernement de l'Arménie soviétique pour récupérer une partie des territoires perdus ne furent soutenus que par des notes diplomatiques très timides de la Russie qui, par ailleurs, était en train de normaliser ses relations avec le gouvernement d'Angora.

Le Comité militaire révolutionnaire d'Arménie arriva à Erevan le 4 décembre, suivi deux jours après par les premiers détachements de l'Armée rouge. Le Revkom, dominé par de jeunes bolcheviques vindicatifs, repoussa immédiatement le

Par le Traité de Moscou (mars 1921), qui établissait des relations d'amitié entre la Russie soviétique et le gouvernement d'Angora, la Turquie abandonna ses revendications sur Batoum et les autres districts en échange de l'abandon par les Russes des tentatives d'obtenir pour l'Arménie soviétique le district Surmalu d'Erevan. Dans ce secteur, la nouvelle frontière turque s'étendit jusqu'à la rivière Araxe ; la plaine fertile de Igdir et le mont de l'Ararat étaient en Turquie. En plus, le traité stipulait que Sharur Nakhitchevan ne serait pas rattaché à l'Arménie soviétique mais constitué en une région autonome sous contrôle de l'Azerbaïdjan soviétique, même s'il était séparé de l'Est de la Transcaucasie par le territoire arménien.

Quels qu'aient été les scrupules de Tchicherine et de Karakhan, ils durent les surmonter à cause du soutien décisif apporté par Staline à la délégation turque.

Comme prévu dans le Traité de Moscou, des termes presque identiques furent employés dans le Traité de Kars (octobre 1921) signé entre la Turquie et les trois républiques soviétiques transcaucasiennes."

Gaïdz Franck Minassian, "Le Haut Karabagh : la guerre pour une enclave", Cahiers de l'Orient, n° 57, 2000, p. 84 :

"(...) Staline dote le Haut-Karabagh et d'autres zones sensibles d'un statut administratif soviétique dans le but de consolider l'équilibre de son système politique naissant. En créant la République Autonome d'Adjarie (Géorgie), la République Autonome du Nakhitchevan et la Région Autonome du Haut-Karabagh (Azerbaïdjan), l'URSS poursuit sa politique amicale avec le régime kémaliste. L'URSS avait déjà fait beaucoup pour les Turcs en les débarassant de la question de l'Arménie turque et en les aidant à se concentrer sur le problème grec. Avec la question du Haut-Karabagh, Moscou doit contenter les Azéris pour qu'ils ne lorgnent pas trop du côté turc. En même temps, Moustapha Kémal n'a pas à craindre un revirement soviétique avec des entités turcophones autour de lui qui encerclent de plus l'Arménie. D'où les interférences légitimes de la Turquie qui, dans les conflits des nationalités, appelle au respect des Traités en vigueur."

25/04/2015

Enver Paşa et le Congrès de Bakou (1920)

communisme,jön türkler,enver paşa,türk kurtuluş savaşı,azerbaïdjan,asie centrale,empire ottoman, arméniens

Zinoviev et Radek au Congrès de Bakou.

 

"Il y a soixante-dix ans : Le congrès des peuples de l'Orient à Bakou", Le Monde, 2 septembre 1990 :

"Lorsque, dans la nuit du 30 au 31 août 1920, le train blindé transportant les dirigeants de l'Internationale communiste entre en gare de Bakou en provenance de Moscou, la capitale de l'Azerbaïdjan est plongée dans un de ces étés moites dont elle a le secret. Malgré une production en chute libre, une forte odeur de pétrole imprègne toujours la métropole économique du Caucase que l'armée rouge a conquise à la fin avril. Cette ville industrielle et cosmopolite de plus de 300 000 habitants, célèbre pour la combativité de ses ouvriers et la rapidité de ses fortunes, a décidément grandi trop vite.

Grigori Zinoviev, le président du Comité exécutif du Komintern, Karl Radek et Bela Kun, l'ancien responsable de la République hongroise des conseils, sont symboliquement accompagnés de délégués de partis révolutionnaires de pays colonisateurs (France, Grande-Bretagne et Hollande). J. Reed, le révolutionnaire américain auteur des Dix Jours qui ébranlèrent le monde, est également du voyage.

Fourbus après un périple de cinq jours à travers un pays exsangue qui sort difficilement de la guerre civile, ils doivent pourtant rejoindre immédiatement le théâtre des Maïlov, une bâtisse modern-style située dans le centre-ville. Une foule impatiente et bruyante emplit la salle, d'un "pittoresque extrême ; tous les costumes de l'Orient dessinent, un tableau d'une étonnante et riche couleur", note le militant anarcho-syndicaliste français A. Rosmer. A 1 h 25 du matin, la séance solennelle est enfin ouverte. Après avoir été salués par Nariman Narimanov, président du Revkom, le gouvernement soviétique d'Azerbaïdjan, les membres du Comité exécutif du Komintern, cet "état-major de la Révolution mondiale", se succèdent à la tribune dans un indescriptible désordre qu'accentuent encore les difficultés d'une traduction souvent improvisée et approximative.

G. Zinoviev ouvre le feu : "Nous ne voulons pas ressembler à la IIe Internationale [...] Dans le monde, il n'y a pas seulement des hommes de race blanche, ces Européens dont elle se préoccupait exclusivement [...]". Le ton est lancé ; la III Internationale prend à témoin un tiers-monde que K. Radek appelle à se battre dans les "villages et les villes d'Asie" aux côtés du "prolétariat insurgé". Mais les 3 Arabes, les 14 "Hindous" et les 8 Chinois présents dans la salle sont noyés dans une masse de délégués, 1 891 parmi lesquels 55 femmes et 1 273 communistes (selon les chiffres officiels du congrès), venus dans leur majorité du Caucase, d'Asie centrale et de Russie.

"Peuples asservis de Perse, d'Arménie et de Turquie"

La décision de convoquer le congrès à la mi-août a été prise par Lénine fin juin. Elle est bientôt reportée au 1er septembre pour des raisons pratiques tandis que l'appel initial aux "peuples asservis de Perse, d'Arménie et de Turquie" est finalement étendu aux "peuples asservis d'Orient". Le recrutement va, dès lors, s'opérer selon des critères mal définis : pour la direction de l'Internationale, confrontée à l'urgence d'une organisation mal maîtrisée, il s'agira bientôt de remplir les vides afin de ne pas perdre la face. Faut-il alors s'étonner de la présence, parmi les délégués, de personnes qui avaient décidé de "mettre à profit le voyage à Bakou pour conclure diverses transactions commerciales", selon l'aveu d'un membre du comité central du PC russe, E. Stasova ? "La majorité des délégués semblent illettrés. Comparer leurs armes, vendre les produits qu'ils ont apportés de chez eux les intéresse infiniment plus que les débats du congrès", constate un rapport de l'Intelligence service. Dans cette vaste kermesse, l'atmosphère ne peut être que consensuelle : les votes se déroulent à main levée dans une aimable pagaille. Mais qu'un délégué ose contester une décision du Bureau, le président de séance a vite fait de remettre le perturbateur à sa place.

Le président : [...] "Je mets aux voix la liste tout entière."

Une voix : "La Perse est lésée !"

Le président : "Je vous prie de cesser sur-le-champ tout ce tapage inadmissible, au moment où le congrès procède à l'élection de son premier soviet. Parmi deux mille individus, il s'en trouvera toujours quelques-uns pour crier : "C'est injuste !" L'élection est régulière. Vive le conseil de propagande et d'action de l'Orient ! (Applaudissements, l'orchestre joue l'Internationale)".

Si l'on s'en tient aux apparences, le congrès semble illustrer par sa composition et sa problématique les débats qui ont agité quelques semaines auparavant le IIe congrès du Komintern : l'Orient fait désormais partie intégrante de l'univers d'une révolution que la vieille Europe paraît vouloir bouder durablement. La Russie soviétique reste isolée dans un monde hostile. Lénine doit infléchir une ligne qui avait fait de la victoire de la révolution dans les pays industrialisés l'alpha et l'omega de sa pensée et de son action politiques : il ne s'agit plus de s'attirer momentanément les bonnes grâces des peuples musulmans de l'ex-empire afin de les neutraliser, voire d'en faire des alliés dans un pays déchiré par la guerre civile. Les bolcheviks tentent désormais de s'adapter au monde tel qu'il est, en particulier sur leurs frontières orientales. Ils soutiennent activement le mouvement anti-britannique en Iran (en particulier dans la province de Gilan où s'est créée une "République soviétique") observent avec intérêt la montée de Mustapha Kemal en Turquie. Mais le précurseur du communisme indien, M. N. Roy, qui avait défendu avec fougue l'idée d'un Occident étroitement dépendant de la capacité de l'Asie à réaliser sa propre révolution, contre l'opposition résolue du révolutionnaire persan Sultanzadeh, a préféré ignorer ce qu'il nomme dans ses Mémoires le "Zinoviev circus".

Le président de l'Internationale communiste semble le maître incontesté d'un cérémonial qu'il dirige avec toute l'autorité de celui qui s'exprime au nom de Lénine et du prolétariat mondial.

Dès le premier jour, son rapport fleuve s'adresse à une assemblée disparate sensible au verbe d'un tribun qui se sait en terre d'Orient. Radical : "Nous pouvons dire que la Chine, l'Inde, la Turquie, la Perse et l'Arménie peuvent et doivent aussi engager la lutte en vue de l'établissement d'un régime soviétique." Le dirigeant bolchevik tend une main fraternelle aux "mouvements nationaux", alors qu'on note la présence d'Enver Pacha, le jeune leader turc : "Nous soutenons avec patience les groupes qui ne sont pas encore avec nous et qui sont même, dans certains cas, contre nous." Tandis que le militant athée déclare respecter "l'esprit religieux des masses", en particulier musulmanes. Vers 23 heures, alors que de nombreux participants donnent des signes de fatigue, la voix de l'orateur enfle. La salle enfumée sort de sa torpeur.

"L'Internationale s'adresse aux peuples de l'Orient"

Bientôt, ces délégués sans représentativité, dont la présence est trop souvent due au hasard, tendent une oreille attentive aux mots que martèle Zinoviev : "Camarades ! Frères ! Le jour est venu où vous pouvez commencer l'organisation de la guerre populaire sainte et juste contre les pilleurs et les oppresseurs. L'Internationale communiste s'adresse aujourd'hui aux peuples de l'Orient et leur crie : Frères ! Nous vous appelons à la guerre sainte, à la guerre sainte tout d'abord contre l'impérialisme anglais !"

La salle est debout, saisie d'un enthousiasme indescriptible. Les uns applaudissent, les autres brandissent leurs armes. On crie "Djihad", "Vive la résurrection de l'Orient" ou "Vive la IIIe Internationale"."

"L'appel d'Enver Pacha", La Sentinelle (Quotidien socialiste suisse), 14 octobre 1920 :

"Le journal « La Lutte », édité à Tiflis, publie dans son numéro du 12 septembre 1920 le communiqué officiel suivant de la mission des Soviets à Tiflis :

Bakou, 8 septembre. Au congrès des peuples de l'Orient, il a été donné lecture de l'appel suivant d'Enver Pacha :

« Camarades ! En mon nom et au nom de mes camarades, j'exprime ma gratitude à la Troisième Internationale et à son bureau qui nous ont donné la possibilité, à nous qui luttons contre l'impérialisme et le capitalisme mondial, de nous réunir aujourd'hui à Bakou.

Nous sommes heureux de constater qu'à l'encontre de l'impérialisme et du capitalisme aux quels il ne suffit pas de nous piller et de nous laisser complètement nus, mais qui s'efforcent encore de boire notre sang et de nous exterminer, et qu'à l'encontre des politiciens européens pleins de mensonges, nous nous trouvons ici côte à côte avec notre alliée fidèle et véridique la Troisième Internationale.

Quand la Turquie entra en guerre, le monde entier était divisé en deux camps. Dans l'un se groupèrent la vieille Russie, tsariste et impérialiste, et ses alliés ; dans l 'autre l'Allemagne, aussi impérialiste et capitaliste, et ses alliés. En luttant contre la Russie tsariste, l'Angleterre et les autres qui s'efforçaient de nous étouffer et de nous détruire entièrement, nous combattions du côté d'un de ces groupements, celui de l'Allemagne qui, au moins, consentait à nous laisser la vie.

Les impérialistes allemands se sont servis de nous pour leurs buts de brigandage. Mais notre désir n'était que de conserver notre indépendance.

Le sentiment qui, de la vie tranquille de Berlin, nous avait menés dans les déserts brûlants de la Tripolitaine, et sous les pauvres tentes de Bédouins, pour y passer avec eux la période la plus douloureuse de notre vie, ce sentiment-là n'était pas celui de l'impérialisme. Mais nous nous efforcions de conserver la Tripolitaine aux Tripolitains, et nous nous réjouissons maintenant de les voir, après neuf années de lutte, chasser les impérialistes italiens de leur patrie.

Et à l'égard de l'Azerbéidjian nous n'avions pas d'autres intentions, car nous pensons que l'Azerbéidjan appartient aux Azerbéidjanais.

Pendant la guerre mondiale j'occupais le poste le plus important. Je vous assure cependant regretter que nous ayons été obligés de faire la guerre du côté de l'impérialisme allemand. Je hais et je maudis les militaristes allemands tout autant que l'impérialisme et les impérialistes de l'Angleterre.

D'après moi, tous ceux qui désirent la richesse pour ceux qui ne travaillent pas sont dignes d'être anéantis. C'est mon point de vue concernant l'impérialisme.

Je vous assure que si la Russie actuelle avait existé alors, et avait mené la guerre dans les mêmes buts qu'aujourd'hui, nous nous serions mis avec toute notre énergie de son côté, comme nous le faisons actuellement. Pour vous démontrer plus clairement la justesse de ma pensée, je vous dirai que quand nous nous sommes décidés à agir conjointement avec la Russie des Soviets, l'armée de Youdénitch campait près de Pétrograde, Koltchiak tenait entre ses mains l'Oural, Dénikine s'approchait de Moscou par le sud. L'Entente qui mettait en mouvement toutes ses forces et croyait la partie définitivement gagnée, montrait alors ses dents de bête fauve et se frottait les mains avec satisfaction. Telle était la situation quand nous avons voulu devenir les amis de la Russie. Et si les tempêtes de la mer Noire ne m'avaient pas repoussé en arrière, en brisant les mâts de mon navire ; si les grilles des prisons de Kovno et de Riga, et la chute des aéroplanes sur lesquels je m'élançais ne m 'avaient pas occasionné de grands retards, je serais venu en Russie alors que sa situation était la plus difficile et j'aurais été dispensé de vous raconter ces choses superflues pour donner des explications à quelques camarades.

Vous savez que dans le premier corps-à-corps de cette guerre mondiale nous avons été vaincus. Mais au point de vue de la guerre des opprimés, je ne me reconnais pas comme vaincu, parce que la Turquie, en fermant les Détroits, est devenue un des facteurs qui ont amené l'écroulement de l'insatiable Russie tsariste et l'arrivée à sa place de l'Alliée naturelle de tous les opprimés : la Russie des Soviets. Ainsi la Turquie contribua à ce qu'une nouvelle voie s'ouvrit pour le salut du monde. Au point de vue des opprimés, je considère cela comme une victoire.

L'armée qui mène actuellement une lutte héroïque contre l'impérialisme et qui puise ses forces dans la classe des paysans, n'a pas été vaincue ainsi que je viens de le dire.

Elle n'a abaissé ses armes que momentanément. Et aujourd'hui, après une lutte de 15 ans contre le même ennemi, elle continue la deuxième année de combat, et cela au milieu des plus grandes privations. Mais cette nouvelle lutte ne peut être comparée avec l'ancienne. En voyant que le monde oriental, allié à la Troisième Internationale, c'est-à-dire les opprimés de l'univers entier, soutient ses justes revendications, cette armée est animée de la plus grande espérance en la victoire.

La phase la plus tendue de la guerre mondiale, guerre qui avait commencé depuis la lutte au Transvaal, correspondait aux années 1914-1917, mais cette phase n'est pas encore finie. Actuellement la guerre est entrée dans sa période décisive et elle finira inévitablement par notre victoire, par la victoire des opprimés : l'impérialisme et le capitalisme non seulement déposeront leurs armes, mais ils seront complètement anéantis.

Le congrès actuel donne de nouvelles forces à l'armée rouge qui verse son sang pour la défense des opprimés, et aussi aux combattants turcs. Et ce congrès contribuera puissamment à ce que la lutte finisse par notre victoire, celle du droit.

Ce n'est pas seulement le désir de trouver un appui dans la lutte qui nous a guidés vers la Troisième Internationale, c'est en même temps la parenté des principes. Nous avons toujours puisé notre force révolutionnaire dans le peuple, chez les opprimés, c'est-à-dire chez les paysans. Si nos ouvriers industriels avaient été plus forts, je les aurais mentionnés en premier lieu : ils étaient avec nous, ils travaillaient corps et âme avec nous. Et c'est encore ainsi aujourd'hui. Nous nous appuyons toujours sur le peuple opprimé. Nous sentons les douleurs du peuple, nous vivons avec lui et c'est avec lui que nous mourrons.

Tenant compte du désir du peuple, nous sommes partisans qu'on lui donne le droit de disposer de lui-même. Nous nous considérons comme liés pour la vie par des liens étroits à ceux qui veulent vivre avec nous ; et à ceux qui ne veulent pas vivre avec nous, nous désirons donner le droit d'arranger eux-mêmes leur propre sort. Tel est notre point de vue dans la question nationale.

Nous sommes contre la guerre, c'est-à-dire que nous sommes opposés à ce que des hommes s'entr'égorgent dans la lutte pour le pouvoir. Nous marchons d'accord avec la Troisième Internationale pour 'obtenir la paix éternelle ; c'est dans ce but que, malgré tous les obstacles, nous menons une lutte sanglante et que mous la continuerons.

Nous voulons le bonheur pour les travailleurs, c'est-à-dire que nous sommes opposés à ce que les spéculateurs étrangers ou indigènes jouissent des fruits du labeur d'autrui. Envers eux, on ne doit user d'aucun ménagement. Nous voulons que notre pays jouisse des fruits du travail commun grâce au développement de l'agriculture sur une grande échelle et de l'industrie. Telle est notre pensée sur la question économique.


Nous sommes persuadés que seul un peuple conscient pourra obtenir le bonheur et la liberté. Nous voulons que la science solide, unie au travail et garantissant une vraie liberté, éclaire notre pays, et sur ce point, nous ne connaissons pas de différence entre les hommes et les femmes. Telle est notre pensée sur la politique sociale.

Je vous déclare que les organisations révolutionnaires du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie, de la Tripolitaine, de l'Arabie et de l'Hindoustan, qui m'ont envoyé ici comme leur représentant, sont complètement d'accord avec vous sur ces points. Elles sont absolument convaincue qu'en appliquant tous les moyens révolutionnaires, elles réussiront à arracher les dents aux bêtes fauves et à les affaiblir entièrement.

Les mains qu'anime ce but se tendent les unes vers les autres. Je serre la main de tous ceux qui vont travailler avec nous jusqu'à la fin de cette lutte, qui durera longtemps, mais qui ne finira qu'avec notre victoire. Je vous souhaite beaucoup de succès ! Vive l'union des opprimés ! A bas les oppresseurs qui tremblent devant cette union ! » "

Enregistrer

07/07/2014

Nikita Khrouchtchev et la Turquie

Victor Segesvary, Le réalisme khrouchtchévien, Neuchâtel, La Baconnière, 1968, p. 17-18 :

"Après la mort de Staline, Molotov, devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Malenkov, s'emploie immédiatement à améliorer les relations soviéto-turques. Il envoie une note à la Turquie le 30 mai 1953, désavouant — dans une démarche sans précédent dans la pratique diplomatique soviétique — le programme d'expansion territoriale de Staline. Par cette note il informe le gouvernement turc que l'URSS a l'intention de tourner définitivement la page sur les inimitiés précédentes entre les deux pays et qu'elle prendra un nouveau départ. Il déclare au nom de la Géorgie et de l'Arménie soviétiques — pour le compte desquelles le programme d'expansion territoriale avait été lancé — qu'elles renoncent à leurs prétentions, et que l'URSS n'a pas la moindre revendication territoriale sur la Turquie. Naturellement Molotov ne peut et ne veut pas céder sur tous les points. Aussi ne souscrit-il pas dans sa note au statu quo dans la mer Noire et dans les Détroits, basé sur la Convention de Montreux, mais il fait allusion, en termes vagues, à un arrangement dont les conditions seraient acceptables tant pour l'URSS que pour la Turquie. En effet, la note soviétique propose à la Turquie un traité bilatéral sur toutes les questions controversées, écartant par cet arrangement les cosignataires de la Convention de Montreux ; c'est, en somme, une alliance antioccidentale. Cette action n'a pas été couronnée de succès. La réponse turque a été froide et réservée. Elle enregistrait avec satisfaction l'annulation des revendications territoriales, mais déclarait que la question des Détroits avait déjà été réglée par la Convention de Montreux.

Cette initiative de Molotov prouve que les demi-mesures ne servent à rien ; un revirement soviétique au Proche-Orient ne pouvait s'accomplir que sur de nouvelles bases. « C'est Staline qui avait corrompu les relations de l'Union Soviétique avec l'Iran et la Turquie », déclare Boulganine au printemps 1955 et il donne l'assurance que l'intention des nouveaux dirigeants soviétiques n'est autre que de « retourner à la politique léniniste du respect fondamental de la souveraineté des autres pays ». A la fin de la même année, Khrouchtchev s'adressant au Soviet Suprême, reconnaît publiquement les torts de l'URSS envers la Turquie : « Nous ne pouvions pas dire qu'en ce qui concerne la détérioration de nos relations, la faute incombe entièrement à la Turquie ; nous avons fait de notre côté des déclarations peu appropriées qui ont contribué à assombrir ces relations »."

Jean-Baptiste Duroselle et ‎Jean Meyriat (dir.), Les nouveaux Etats dans les relations internationales, Paris, Armand Colin, 1962, p. 39 :

"Cette position de soutien de toute manifestation anti-impérialiste apparaît nettement dans la manière dont l'U.R.S.S. a accueilli en 1959-60 les événements de Turquie. Il a suffit d'une prudente allusion du nouveau ministre des affaires étrangères, S. Sarper, à une politique étrangère turque inchangée, mais où « certaines nuances » seraient apportées, l'accent étant mis sur l'indépendance et la souveraineté du pays, pour que Moscou montrât sa satisfaction. Le jour même où il lisait cette nouvelle dans la Pravda, M. Khrouchtchev disait en effet : « Les Turcs, chez qui se trouvent des bases américaines, ont arrêté Menderes, et il est maintenant en prison ; le nouveau premier ministre, le général Gürsel, a déclaré qu'il suivrait la politique d'Atatürk, avec qui, alors que Lénine était encore en vie, notre pays a eu de bonnes relations. Nous voudrions qu'il y ait de l'amitié entre nous et la Turquie, entre nous et l'Angleterre, entre nous et la France et les autres pays... » "

15/05/2014

La complaisance de l'ex-fasciste Patrick Devedjian pour les terroristes arméniens de l'ASALA, d'après L'Humanité

""L'Humanité" accuse un avocat R.P.R. de "compréhension" à l'égard du terrorisme arménien", Le Monde, 13 août 1983 :

"Sous le titre "Six mois avant, il annonçait les attentats de l'ASALA", l'Humanité du vendredi 12 août accuse un avocat parisien, militant du R.P.R., Me Patrick Devedjian, de "compréhension" à l'égard des terroristes arméniens. Comme preuve de ses accusations, le quotidien communiste cite une interview publiée le 7 mars dernier à la "une" d'un hebdomadaire turc de gauche, Nokta (le Point). Cet entretien, recueilli le 19 janvier précédent, avait suscité des remous en Turquie où plusieurs journaux en avaient fait état.

Interrogé par Nokta, Me Devedjian y expliquait, selon l'Humanité, que "jusqu'à aujourd'hui, le terrorisme arménien était un signe de colère", et ajoutait, "maintenant, il va falloir instaurer un système qui fera réellement pression sur la Turquie". Me Devedjian, à qui l'on demandait des précisions, déclarait : "Il s'agit, plutôt que d'un simple attentat, de faire boycotter la Turkish Airlines et de répandre l'idée que la T.H.Y. est dangereuse pour voyager." L'Humanité, qui cite ces propos, ajoute ce commentaire : "Le moins que l'on puisse dire, c'est que, avocat bien informé, Me Devedjian n'hésitait pas, avant l'heure, à faire preuve d'une bien grande compréhension pour les projets de ceux qui, sous couvert de défendre le peuple arménien, ont assassiné le 15 juillet dernier sept innocentes victimes en plein aéroport d'Orly."

Comme avocat, Me Devedjian a été l'un des défenseurs de M. Chirac dans le procès en diffamation que celui-ci avait intenté et gagné contre M. Defferre à la veille des élections cantonales de mars 1982. Il a aussi défendu de nombreux militants arméniens. Au cours d'un meeting organisé à Paris, en novembre 1981, par le Mouvement de libération arménienne, Me Devedjian avait notamment déclaré à l'adresse du gouvernement turc qui refuse la reconnaissance du génocide : "Vous voulez mettre fin au terrorisme ?

D'accord. Cela dépend de vous. Faites le geste que nous attendons depuis si longtemps car, sans cela, il ne sera pas possible de tourner la page."

L'Humanité rappelle en outre que Me Devedjian, qui a milité autrefois à l'extrême droite, a obtenu l'annulation du dernier scrutin municipal à Antony (Hauts-de-Seine). Me Devedjian, qui conduisait la liste de l'opposition, avait été battu de 419 voix (1,47 %) par le maire sortant communiste, M. André Aubry. Après l'annulation du scrutin, les élus de gauche ont été suspendus et une délégation spéciale a été installée par le commissaire de la République pour diriger provisoirement la commune.

Le R.P.R. a diffusé, vendredi matin, un communiqué de Me Devedjian actuellement en vacances. Celui-ci y annonce son intention de poursuivre l'Humanité en diffamation et ajoute qu'"il dément formellement les propos qui lui sont prêtés". Ces propos, affirme l'avocat, "sont motivés uniquement par les besoins de propagande du parti communiste que [je dois] affronter dans une élection partielle au mois d'octobre à Antony"."

12/12/2013

La lutte des forces soviéto-azéries contre le nationalisme arménien au Haut-Karabakh (1988-1991)

Gaïdz Minassian, Guerre et terrorisme arméniens, 1972-1998, Paris, PUF, 2002 :

"Dès septembre 1988, sous la pression du FPA, Bakou impose un blocus de la RSS d'Arménie et du Haut-Karabakh. Le général Safonov, commandant des forces soviéto-azéries dans l'enclave rattachées à la IVe armée soviétique, décrète l'état d'urgence, le 24 septembre, trois jours après les affrontements de Stepanakert qui ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés des deux côtés. Au même moment, S. Haroutounian reçoit discrètement à Erevan H. Maroukhian, venu lui indiquer que la FRA s'engage à soutenir le pouvoir en place à la seule condition que Erevan se porte garante de la sécurité des Arméniens du Haut-Karabakh." (p. 149)

Gaïdz Franck Minassian, "Le Haut Karabagh : la guerre pour une enclave", Cahiers de l'Orient, n° 57, 2000 :

"A priori, le rapport de force penche en faveur des forces azéries qui peuvent s'appuyer sur la législation en vigueur en matière d'état d'urgence et sur les forces du ministère de l'Intérieur d'Azerbaïdjan, les OMON, composées exclusivement d'Azéris. Ce sont elles qui, sous commandement direct de la direction du PC Azerbaïdjanais, interviennent dans la guerre pour rétablir la légalité soviéto-azerbaïdjanaise.

Cependant, dans l'enclave, on a affaire à un bi-commandement sous la houlette du tandem Safonov-Polianitchko : les OMON sont placés sous étroite surveillance du quartier-général de l'armée soviétique à Aghdam, commandé par le général Safonov, éphore du Haut-Karabagh, qui prend toutes les mesures de sécurité et organise les plans d'évacuation des Arméniens, avec la complicité du numéro deux du PC Azerbaïdjanais, le russe Victor Polianitchko. Le tandem Safonov-Polianitchko sera victime de sa terreur. En 1994, les deux responsables auraient été abattus par des terroristes dachnaks." (p. 93)

"Les forces soviéto-azéries passent de nouveau à l'action en décembre lorsque l'Arménie indépendantiste rejette les modalités du Traité de l'Union de M. Gorbatchev, incompatibles avec sa déclaration de souveraineté du 17 août 1990, alors que l'Azerbaïdjan communiste les approuve. Le bras de fer entre Moscou et Erevan met le feu aux poudres dans le Haut-Karabagh, où les forces soviéto-azéries lancent l'opération « Anneau » (Kaltsou en russe) qui consiste à régler la question du Haut-Karabagh par l'usage de la force. Aussitôt, le général Safonov accuse les Arméniens de fanatisme, de subversion, de terrorisme et de sabotage contre l'ordre soviétique. Dès le mois d'avril 1991, les forces soviéto-azéries sont prêtes à intervenir avec chars et artillerie lourde. A Stepanakert, l'heure est aux négociations. Les députés communistes arméniens croient encore à la stratégie du compromis et dissuadent ceux qui veulent rejoindre l'Organisation des Combattants de la Liberté du Karabagh (OCLK), embryon de commandement unifié sous la direction conjointe de dachnaks et d'indépendants." (p. 95)