Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2017

Les rapports d'amitié entre la Turquie d'Atatürk et l'URSS (années 20 et 30)

turquie, urss, atatürk, kémalisme, détroits, fascisme

Le maréchal Vorochilov et Atatürk.

 

Stefan Velikov, "A l'occasion du cinquantenaire de la proclamation de la République Turque", Etudes balkaniques, volume 2, 1973, p. 14 :

"Jusqu'à la mort d'Atatürk, la politique turque enregistra pour la période 1923-1938 des succès considérables, surtout par l'établissement de rapports diplomatiques normaux avec l'Union soviétique. Il conviendrait d'affirmer que les rapports d'amitié existant entre la Turquie et l'Union soviétique constituèrent un facteur d'importance dans l'affermissement de la politique étrangère du pays. Lorsque l'Italie fasciste, soutenue par l'Angleterre, se livra à une politique hostile et provocatrice envers la Turquie, l'Union soviétique conclut le 17 décembre 1925 un Traité d'amitié et de neutralité avec la Turquie. Un traité de commerce et une convention maritime furent conclus en 1927 entre la Turquie et l'Union soviétique. Grâce au caractère amical de ces rapports, l'économie turque progressa considérablement en 1942. Le gouvernement soviétique accorda à la Turquie un crédit à longue échéance et sans intérêts de 8 millions de dollars. Le Traité d'amitié et de neutralité signé entre les deux pays en 1925 fut prolongé en 1935 d'un délai supplémentaire de 10 ans. Faisant le bilan de l'utilité et des profits pour la Turquie de l'amitié et de la coopération avec l'Union soviétique, Kemal Atatürk exprima sa profonde gratitude dans un discours prononcé en 1935 devant le VIe congrès du parti populaire, disant entre autres: “Comme toujours notre amitié avec les Soviets demeure solide et sincère. Ayant vu le jour dans les moments pénibles de notre histoire, elle demeurera toujours un souvenir inoubliable et bien cher au peuple turc.” Dans ce même discours, Kemal mit en relief l'aide précieuse accordée par l'Union soviétique à la Turquie au sujet du problème des Détroits qui devait être examiné par la Société des Nations en avril 1935. Alors que l'Angleterre, la France et l'Italie entravaient autant que possible l'examen de la proposition turque, l'Union soviétique, au contraire, appuya la demande de la Turquie. Et c'est justement à cette occasion que Kemal déclara : “Dernièrement, lorsque nous avons soulevé la question des Détroits, l'appui qui nous a été donné en faveur de notre thèse par l'Union soviétique fut de nouveau l'objet d'une démonstration de gratitude et d'amitié profonde de notre peuple envers notre voisine... L'amitié turco-soviétique a toujours contribué au bénéfice de la paix mondiale. A l'avenir, aussi, elle ne sera qu'utile et bénéfique.” "

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

07/03/2016

Les relations entre la Turquie kémaliste et l'Espagne républicaine (1936-1939)

Bilâl N. Şimşir, Atatürk ve Yabancı Devlet Başkanları, tome III : "İspanya-Polonya", Ankara, TTK, 2001 :

"Manuel Azaña y Diaz, Président de la République Espagnole, à Son Excellence Président de la République Turque

Grand et Bon Ami :

C'est pour moi une grande satisfaction, en portant à Votre connaissance cette communication, de Vous exprimer mon ferme désir de travailler à maintenir une politique de rapprochement et de cordialité internationale et, en même temps, qu'il sera pour moi une tâche très agréable de resserrer, chaque jour, les bonnes relations qui existent heureusement entre l'Espagne et la Turquie.

Pour obtenir ce résultat, il me sera extrêmement agréable d'avoir l'assurance du précieux concours de Votre Excellence.

Je forme mes voeux les plus fervents pour la prospérité de Votre Nation et pour le bonheur de Votre Excellence.

Votre Bon Ami

(Signé)
MANUEL AZANA

(Contresigné)
Le Ministre d'Etat Julio Alvarez del Vayo

Au Palais National de Madrid
le 6 Septembre 1936

D.B.A. İdari. K. 60-0

No. 38

Manuel Azana y Diaz, Président de la République Espagnole, à Son Excellence Président de la République Turque

Tél. MADRID, le 29.10.1936

Je tiens à adresser à Votre Excellence à l'occasion de la Fête Nationale de la République mes bien chaleureuses félicitations avec les voeux sincères que je forme pour le bonheur de Votre Excellence et la prospérité de Sa Nation.

MANUEL AZANA
Président de la République Espagnole

D.B.A. İdari. K. 60-0" (p. 28-29

"No. 40

Kemal Atatürk, Président de la République Turque, à Monsieur Manuel Azana, Président de la République Espagnole

Tél. ANKARA, le 2.11.1936

Je remercie sincèrement Votre Excellence des souhaits qu'Elle a bien voulu m'adresser à l'occasion de l'anniversaire de la proclamation de la République et La prie de recevoir les meilleurs voeux que je forme pour Son bonheur personnel et la prospérité de la Nation Espagnole.

KEMAL ATATÜRK

D.B.A. İdari. K. 60-0

No. 41

Kemal Atatürk, Président de la République Turque, à Monsieur Manuel Azana, Président de la République Espagnole

Tél. ANKARA, le 13.4.1937

A l'occasion de la Fête Nationale Espagnole je prie Votre Excellence d'agréer avec mes plus vives félicitations les sincères voeux que je forme pour Son bonheur personnel et la prospérité de l'Espagne.

K. ATATÜRK

D.B.A. İdari. K. 60-0

No. 42

Manuel Azana y Diaz, Président de la République Espagnole, à S. E. Kemal Atatürk, Président de la République Turque

Tel. BARCELONA, 15.4.1937

Je remercie très vivement Votre Excellence des félicitations qu'Elle m'a adressée à l'occasion de la Fête Nationale Espagnole et prie Votre Excellence d'agréer mes voeux pour Son bonheur personnel et la prospérité de Sa Patrie.

MANUEL AZANA

D.B.A. İdari. K. 60-0" (p. 30-31)

"No. 46

Kernal Atatürk, Président de la République Turque, à Monsieur Manuel Azana, Président de la République Espagnole

Tél. ANKARA, le 13.4.1938

A l'occasion de la Fête Nationale Espagnole je prie Votre Excellence d'agréer mes plus vives félicitations et mes voeux très sincères.

K. ATATÜRK

D.B.A. İdari. K. 60-0 (...)

No. 47

Manuel Azana y Diaz, Président de la République Espagnole, à S. E. Kemal Atatürk, Président de la République Turque

Tél. BARCELONA, 15.4.1938

Je remercie vivement Votre Excellence de son télégramme de félicitation à l'occasion de la Fête Nationale de l'Espagne.

MANUEL AZANA
Président République

D.B.A. -Idari K. 60-0" (p. 34)

"No. 49

İspanya Cumhurbaşkanı Ekselâns M. Manuel Azana' dan, Türkiye Cumhurbaçkani Vekili Abdülhalik Renda'ya

Tel. BARSELONA, 11.11.1938

A l'occasion du décès du Fondateur de la République Turque, Son Excellence Kemal ATATÜRK, veuillez accepter avec mes plus sincères condoléances les meilleurs voeux pour la continuité de Son Grand Oeuvre.

MANUEL AZANA
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ESP A

D.BA.T.L-A.l-f.1

No. 50

Türkiye Cumhurbaşkanı Vekili Abdülhalik Renda'dan, İspanya Cumhurbaşkanı Ekselâns M. Manuel Azana'ya

Tel. ANKARA, 12.11.1938

Remercie vivement Votre Excellence des condoléances qu'Elle a bien voulu m'adresser à l'occasion de la perte de notre Grand Chef Kemal ATATÜRK.

RENDA

D.B.A.-T.l.-A.l.-f.l." (p. 36)

David Wingeate Pike, La crise espagnole de 1936 vue par la presse française, Toulouse, Université de Toulouse, 1966 :

"Les premiers 150 conseillers et techniciens russes arrivèrent le 13 octobre à Alicante, avec des ordres explicites par Staline d'après lesquels ils ne devaient pas s'exposer au feu ennemi ni, encore moins, au risque d'être faits prisonniers. Les premières cargaisons d'armes arrivèrent le 15 octobre à Cartagena et Alicante. Ce ne fut cependant que le 28 octobre que l'Union Soviétique reprit formellement à Londres sa liberté d'action. (...)

D'autre part, Le Midi soutenait à la fin d'octobre le démenti du gouvernement turc, selon lequel la Russie n'avait pas demandé l'autorisation de faire passer sa flotte de la Mer Noire par les Dardanelles. En réalité, 12 navires russes chargés d'armes destinées à l'Espagne, passèrent entre le premier et le 24 octobre par le Bosphore, vraisemblablement avec l'autorisation du gouvernement turc." (p. 169-170)

İsmail Soysal, Between East and West : Studies on Turkish Foreign Relations, Istanbul, Isis press, 2001 :

"Lorsque, en juillet 1936, la rébellion du Général Franco en Espagne contre le gouvernement socialiste prit le caractère d'une guerre civile, ce qui inquiéta le plus la France fut l'intervention dans ce conflit, du côté de Franco, de l'Italie fasciste et de l'Allemagne nazie. En France, le Front Populaire était au pouvoir. Afin d'empêcher que cette guerre civile ne dégénère en un conflit international, le gouvernement de Léon Blum émit, avec l'appui de la Grande-Bretagne, une « Déclaration de non-intervention » qu'il fit accepter aussi à d'autres pays d'Europe. C'est ainsi que fut organisé à Londres un « Comité de non-intervention ». La Turquie soutint sincèrement cette démarche et adhéra au Comité. Néanmoins, l'Italie fasciste et l'Allemagne nazie ne tardèrent pas à fournir une aide importante en armes et en hommes à Franco, tandis que l'Union Soviétique faisait de même en faveur du gouvernement républicain de Madrid. A ce moment, en Méditerranée, les sous-marins italiens commencèrent à attaquer en corsaires les bateaux se rendant dans les ports sous contrôle des Républicains ou en venant. A titre de mesure préventive contre ces attaques, les Traités de Nyon et de Genève furent conclus les 14 et 17 septembre 1936, sur l'initiative de la France et de la Grande-Bretagne. La Turquie les signa et en appliqua les clauses. Ainsi une collaboration d'un genre nouveau s'instaura-t-elle dans les rapports turco-français." (p. 58)

"Lors de la guerre civile de 1936 en Espagne, l'Italie ayant créé une menace en Méditerranée par l'action de ses sous-marins, la Turquie a participé aux conférences de Nyon et de Genève, convoquées par la Grande-Bretagne et la France afin d'empêcher ces actes de piraterie et signé, le 14 septembre 1937, l'Accord additionnel à cet Arrangement, conclu à Genève." (p. 147)

10/11/2015

L'alliance serrée entre le mouvement de libération nationale turc et la Russie bolchevique

turquie,empire ottoman,jön türkler,kémalisme,atatürk,frounze,russie

 

Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1972 :

"La Turquie n'a pas cessé depuis 1908 de vivre dans une atmosphère révolutionnaire. La révolution jeune-turque, le régime à la fois tyrannique, superficiellement et fiévreusement novateur qui en est issu, la guerre de 1914 aux côtés des Empires centraux, l'héroïsme dépensé pour une cause douteuse, la lutte à la fois contre la révolte sourde des allogènes réclamant leur liberté et contre les impérialismes occidentaux qui se partageaient jusqu'au cœur du pays proprement turc, la défaite et l'occupation étrangère, la lutte contre le collaborationnisme des vieux cadres ottomans et l'épopée des paysans anatoliens au combat contre les étrangers que soutenaient tous les Alliés victorieux, mouvement dont Mustafa Kemâl sut prendre la tête, tout cela constituait une atmosphère singulièrement stimulante. Une jeune bourgeoisie, ardemment nationaliste et novatrice, luttait pour son indépendance, pour sa fierté nationale et brisait les vieux cadres de l'Empire ottoman mal rafistolés par les francs-maçons jeunes-turcs. Sous la conduite du jeune Kemâl, elle portait atteinte hardiment aux traditions les plus sacrées. Et au-delà des frontières turques, comme fond de tableau, la nouvelle Europe en gestation douloureuse dominée par l'appel de Moscou et par la lutte contre la vague du bolchevisme qui menaçait le monde entier et semblait pouvoir tout emporter.

Le prolétariat turc était dans l'enfance et la lutte de classes éclipsée, et de loin, par la lutte nationale. La bourgeoisie révolutionnaire turque en avait trop peur pour le laisser s'engager sur la voie que montraient les discours ardents émanant de Moscou ou de Bakou. Elle se sentait assez forte pour mener néanmoins sans faiblir sa lutte contre les impérialismes occidentaux. Elle pouvait même se payer le luxe d'une alliance serrée avec la Russie soviétique." (p. 400)

"A un banquet à Ankara où Frounze appelait la Turquie opprimée à se joindre à la lutte contre les oppresseurs, il [Kemal] répondait sauvagement : « Il n'y a ni oppresseurs, ni opprimés ; il n'y a que ceux qui se laissent opprimer. Les Turcs ne sont pas de ceux-ci. Les Turcs peuvent s'occuper de leurs propres affaires, que les autres en fassent autant. » Mais il était intéressé par la Russie soviétique au plus haut point. C'était une force. Le petit P.C. turc fut toléré un moment, étroitement surveillé bien entendu. La politique de la IIIe Internationale avait changé, d'ailleurs. Fin 1921, le mot d'ordre général devenait la tactique du front unique. L'Internationale prenait conscience du fait que la révolution mondiale n'était décidément pas pour demain. En ce qui concernait spécialement la Turquie, c'était le seul pays au monde qui, pour ses buts propres, luttait contre les mêmes pays que la Russie soviétique, le seul allié possible dans un univers hostile et menaçant. Comme devait le dire Radek un peu plus tard, le pays des Soviets avait intérêt (au moment où l'entente organisait son blocus) à voir les Détroits échapper à l'Angleterre et laisser libre passage au pétrole qui en venait et au blé qui y entrait. « N'oubliez pas, disait-il aux communistes turcs, qu'historiquement le moment n'est pas venu d'engager la bataille décisive ; vous avez encore loin à aller. » Les Turcs comprenaient tout cela et s'engagèrent à observer strictement le « pacte national », l'appui au gouvernement nationaliste ; la lutte contre l'impérialisme occidental, principal ennemi, primait sur la lutte contre la bourgeoisie turque." (p. 403)

Enregistrer

07/07/2014

Nikita Khrouchtchev et la Turquie

Victor Segesvary, Le réalisme khrouchtchévien, Neuchâtel, La Baconnière, 1968, p. 17-18 :

"Après la mort de Staline, Molotov, devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Malenkov, s'emploie immédiatement à améliorer les relations soviéto-turques. Il envoie une note à la Turquie le 30 mai 1953, désavouant — dans une démarche sans précédent dans la pratique diplomatique soviétique — le programme d'expansion territoriale de Staline. Par cette note il informe le gouvernement turc que l'URSS a l'intention de tourner définitivement la page sur les inimitiés précédentes entre les deux pays et qu'elle prendra un nouveau départ. Il déclare au nom de la Géorgie et de l'Arménie soviétiques — pour le compte desquelles le programme d'expansion territoriale avait été lancé — qu'elles renoncent à leurs prétentions, et que l'URSS n'a pas la moindre revendication territoriale sur la Turquie. Naturellement Molotov ne peut et ne veut pas céder sur tous les points. Aussi ne souscrit-il pas dans sa note au statu quo dans la mer Noire et dans les Détroits, basé sur la Convention de Montreux, mais il fait allusion, en termes vagues, à un arrangement dont les conditions seraient acceptables tant pour l'URSS que pour la Turquie. En effet, la note soviétique propose à la Turquie un traité bilatéral sur toutes les questions controversées, écartant par cet arrangement les cosignataires de la Convention de Montreux ; c'est, en somme, une alliance antioccidentale. Cette action n'a pas été couronnée de succès. La réponse turque a été froide et réservée. Elle enregistrait avec satisfaction l'annulation des revendications territoriales, mais déclarait que la question des Détroits avait déjà été réglée par la Convention de Montreux.

Cette initiative de Molotov prouve que les demi-mesures ne servent à rien ; un revirement soviétique au Proche-Orient ne pouvait s'accomplir que sur de nouvelles bases. « C'est Staline qui avait corrompu les relations de l'Union Soviétique avec l'Iran et la Turquie », déclare Boulganine au printemps 1955 et il donne l'assurance que l'intention des nouveaux dirigeants soviétiques n'est autre que de « retourner à la politique léniniste du respect fondamental de la souveraineté des autres pays ». A la fin de la même année, Khrouchtchev s'adressant au Soviet Suprême, reconnaît publiquement les torts de l'URSS envers la Turquie : « Nous ne pouvions pas dire qu'en ce qui concerne la détérioration de nos relations, la faute incombe entièrement à la Turquie ; nous avons fait de notre côté des déclarations peu appropriées qui ont contribué à assombrir ces relations »."

Jean-Baptiste Duroselle et ‎Jean Meyriat (dir.), Les nouveaux Etats dans les relations internationales, Paris, Armand Colin, 1962, p. 39 :

"Cette position de soutien de toute manifestation anti-impérialiste apparaît nettement dans la manière dont l'U.R.S.S. a accueilli en 1959-60 les événements de Turquie. Il a suffit d'une prudente allusion du nouveau ministre des affaires étrangères, S. Sarper, à une politique étrangère turque inchangée, mais où « certaines nuances » seraient apportées, l'accent étant mis sur l'indépendance et la souveraineté du pays, pour que Moscou montrât sa satisfaction. Le jour même où il lisait cette nouvelle dans la Pravda, M. Khrouchtchev disait en effet : « Les Turcs, chez qui se trouvent des bases américaines, ont arrêté Menderes, et il est maintenant en prison ; le nouveau premier ministre, le général Gürsel, a déclaré qu'il suivrait la politique d'Atatürk, avec qui, alors que Lénine était encore en vie, notre pays a eu de bonnes relations. Nous voudrions qu'il y ait de l'amitié entre nous et la Turquie, entre nous et l'Angleterre, entre nous et la France et les autres pays... » "

La mission Vorochilov en Turquie (1933)

turquie,urss,atatürk,vorochilov

 

Vincent Joly, "'Ce qu'il faut savoir de l'armée turque', l'armée turque vue par les militaires français dans les années 30", in La Turquie entre trois mondes (ouv. col.), Paris-Istanbul, L'Harmattan-IFEA, 1998, p. 104 :

"L'alliance avec Moscou est toujours présentée comme l'un des deux piliers de la politique étrangère turque, l'autre étant le pacte balkanique. Jusqu'en 1938, les relations avec les Soviétiques sont jugées excellentes par les militaires français. Ainsi, ils pensent que les efforts entrepris pour renforcer les défenses de la Thrace à partir de 1934, auraient été suggérés par la mission Vorochilov qui s'était rendue en Turquie en octobre-novembre de l'année précédente, "l'inviolabilité des Détroits étant utiles aux Russes comme aux Turcs". Ce sentiment est aussi partagé par les Britanniques qui voient Moscou derrière la volonté d'Ankara de récupérer définitivement le contrôle du passage entre la Mer Egée et la Mer Noire (Weber, 1979; 7)."