Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2016

La contribution du peuple azerbaïdjanais à la victoire sur le nazisme

Antoine Constant, L'Azerbaïdjan, Paris, Karthala, 2002, p. 303-304 :

"La seconde guerre mondiale

Environ 600 000 Azéris, peut-être plus, furent mobilisés. Moins de la moitié rentrèrent vivants. Pour une population de moins de 3 millions d'âmes, une telle saignée d'hommes jeunes a été terrible. Comme les autres citoyens soviétiques, ils étaient enrôlés dans les rangs de l'armée régulière ou des unités de partisans opérant en zones contrôlées par l'ennemi, notamment en Ukraine. Pour ceux qui maîtrisaient mal le russe, on créa des « divisions nationales ». Des groupes de partisans « internationalistes » furent aussi envoyés soutenir la résistance communiste, surtout en France et en Yougoslavie.

A l'intérieur du pays, la population était soumise à une très forte augmentation des rendements pétroliers, industriels et agricoles, car le pouvoir l'avait destiné à être un grenier pour les ressources alimentaires. A la fois à l'écart du théâtre immédiat des opérations et plus proche des besoins que les régions éloignées de l'empire, elle offrait des commodités logistiques."

Kamal Abdoulla et Michel Malherbe, Parlons azerbaïdjanais. Langue et culture, Paris, L'Harmattan, 2008, p. 30-31 :

"Entre 1941 et 1945, l'Azerbaïdjan participe à la guerre contre le fascisme. Pendant cette période, le pétrole de Bakou revêt une importance capitale. En effet, la majorité des chars et des avions utiliseront cette ressource.

Les héros azerbaïdjanais de l'Union Soviétique comme Hazi Aslanov (1910-1945), Mehdi Husseynzadé (1918-1944) ont fait preuve d'un héroïsme exceptionnel et ont laissé leur nom dans l'histoire. Pendant les années de guerre, le 27 novembre 1944, soulignons la visite à Bakou de Charles de Gaulle, alors dirigeant du mouvement de Résistance et président du Gouvernement Provisoire de la République Française."

10/05/2015

Le général Kenan Evren et les démocraties populaires d'Europe de l'Est

kenan evren_ceausescu.jpg

Kenan Evren et Nicolae Ceaușescu.

 

Emel Akçali, Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris, L'Harmattan, 2009, p. 177 :

"Mais le coup d'Etat militaire en Turquie, de 1980, a provoqué de nouveau l'isolement de ce pays sur la scène politique internationale. Le chef de la dictature militaire, Kenan Evren, qui est devenu le président de Turquie, n'a pu se rendre que dans quelques pays, comme le Pakistan, l'Arabie saoudite, les émirats de la péninsule arabique, la Bulgarie de Jivkov ou la Roumanie de Ceauşeuscu."

Artun Unsal, "Le général Evren est le premier chef d'Etat turc à se rendre en visite officielle en Bulgarie", Le Monde, 25 février 1982 :

"Ankara. - Après avoir fait son premier voyage officiel à l'étranger en novembre dernier au Pakistan, le chef de l'Etat turc, le général Evren, accompagné du ministre des affaires étrangères, M. Turkmen, devait quitter la capitale ce mercredi 24 février pour Sofia où il sera l'hôte de M. Todor Jivkov jusqu'à samedi.

C'est la première fois qu'un chef de l'état turc se rend en Bulgarie. A la veille de son départ, le général Evren a mis l'accent sur l'importance prioritaire accordée par la Turquie au développement des relations de bon voisinage, à la stabilité et à la paix dans les Balkans. Il doit se rendre dans les prochains mois en Roumanie et en Yougoslavie.

Une "déclaration d'amitié et de coopération" avait été signée entre la Bulgarie et la Turquie en 1975. Le volume global des échanges commerciaux entre les deux pays s'est élevé à quelque, 147 millions de dollars lors du dernier exercice, tandis que dix visites au niveau ministériel ont eu lieu de part et d'autre en 1981. Les observateurs à Ankara font surtout remarquer que, comme Moscou, Sofia s'est jusqu'à maintenant gardé d'adopter une attitude ouvertement hostile au pouvoir militaire à Ankara. Cela contraste avec l'attitude de plusieurs pays de l'Europe occidentale.

De leur côté, les dirigeants d'Ankara, bien qu'ils condamnent officiellement l'intervention soviétique en Afghanistan ainsi que les récents développements en Pologne, se sont abstenus de critiquer systématiquement le bloc communiste.

A propos de la question de Chypre, la Bulgarie, qui estime que l'île doit rester un Etat unitaire et non fédéral, est favorable à la réunion d'une conférence internationale, alors que la Turquie prône la poursuite des négociations intercommunautaires, entre représentants des Chypriotes grecs et turcs.

Les deux pays divergent également sur le problème des armes nucléaires dans les Balkans. La proposition de leur suppression, lancée par la Roumanie dans les années 50, a été reprise par M. Jivkov en 1981 et a recueilli l'adhésion du premier ministre grec, M. Papandréou. Ankara estime pour sa part que toute réduction des armes nucléaires dans la région ne peut intervenir que dans le cadre d'un processus global concernant tous les pays européens."