Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2013

La condamnation soviétique de la révolte de Şeyh Said (1925)

turquie,urss,communisme,kémalisme,kurdes

Caricature de Şeyh Said dans la presse soviétique.

 

Celal Sayan, La construction de l'Etat national turc et le mouvement national kurde, 1918-1938, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002, p. 573-574 :

"L'attitude de l'Union soviétique à l'égard du mouvement insurrectionnel kurde, fut écartée longtemps du champ des discussions en Turquie et au Kurdistan. Le soulèvement kurde s'est déroulé dans une période où les divergences entre les fondateurs de l'Union soviétique n'étaient pas au rendez-vous ; par conséquent l'héritage de cette période était revendiqué par la gauche dite révolutionnaire, toutes tendances confondues. Et le fait que tous les soulèvements kurdes de cette époque soient qualifiés de réactionnaires et condamnés par le pouvoir soviétique faisait qu'en Turquie ou les "forces progressistes" n'en parlaient pas ou bien lorsqu'il s'agissait d'exprimer l'opinion sur ces soulèvements, la "réaction", le "jeu de l'impérialisme", les "féodaux réactionnaires" etc., occupaient la grande partie du terrain dans les discussions.

Livrées à la presse par un bulletin spécial, le 26 février 1925 à Moscou, les précisions de l'internationale communiste se dessinaient ainsi :

"La révolte de Cheikh Saïd contre Mustafa Kemal et le gouvernement d'Ankara est jugée par Moscou comme une attaque contre-révolutionnaire menée en alliance par la réaction turque et l'impérialisme anglais.

"Mustafa Kemal représente le mouvement de la libération nationale et s'emploie à la démocratisation de la Turquie et à sa libération de l'emprise du féodalisme et des fanatiques musulmans. Contre Mustafa Kemal luttent en premier lieu l'impérialisme, en second lieu les notables, en troisième lieu les religieux et en quatrième lieu la bourgeoisie marchande des villes portuaires, liée aux capitaux étrangers".

Les communistes turcs qui sans l'approbation de Moscou ne faisaient rien de leur propre initiative, écrivaient les phrases suivantes, dans les numéros du 26 février et 5 mars de l'hebdomadaire des communistes turcs "Orak-Çekiç" (la faucille et le marteau) :

"A la tête de la réaction se trouve non pas le Cheikh Saïd mais le despotisme ; contre la réaction le peuple est avec le gouvernement".

"A bas la réaction..., à l'Assemblée nationale d'Ankara les mains de la bourgeoisie gauchiste serrent la gorge des bigots moyenâgeux."

La liste des qualificatifs employés par les communistes turcs est longue. Ils ont gardé la même attitude contre le soulèvement d'Agridagh et celui de Dersim également. De nos jours, il se trouve que l'attitude de l'ex-Union soviétique et celle des communistes d'autres pays qui la suivaient aveuglément, ne font plus l'objet de l'attention qui était, autrefois si dense."

18/11/2013

La THKO de Deniz Gezmiş et la révolution kémaliste

deniz_gezmis_10_kasim.jpg

Hommage de Deniz Gezmiş à Atatürk.

 

Extraits de "La Turquie et la révolution", texte de la brochure : "Lutte(s) dans les prisons en Turquie [1980 - 2002]", Prisonsenturquie.free.fr :

"Le 22 décembre 1970 est fondé le THKO [Armée de Libération du Peuple de Turquie], fondé par Deniz Gezmis. Le modèle révolutionnaire est Cuba : en fondant une armée unissant le peuple, l'Etat peut être très vite balayé. Le THKO se fait très vite liquidé et Deniz Gezmis condamné à mort. (...)

Les partisans du THKO sont ceux qui avaient comme slogan « nous sommes les vrais kémalistes ». Pour la majorité de ses partisans, la Turquie est un Etat capitaliste. Le THKO rejetait la nécessité du parti et était ainsi franchement populiste ; l'armée suffirait à rallier les masses. Idéologiquement, les partisans du THKO ont systématiquement été proches de l'Albanie d'Enver Hoxha."

Enregistrer

Enver Hoxha et la Turquie

Enver Hoxha, rapport au VIIIe Congrès du PTA, 1er novembre 1981 :

"Les rapports qu'entretient notre pays avec la République de Turquie se sont développés et se développent toujours plus dans un esprit d'amitié et de collaboration. La bienveillance et le respect mutuels croissants entre nos deux peuples et pays créent une base solide pour l'extension et le renforcement futurs de ces rapports.

Au cours de leur histoire, le peuple albanais et le peuple turc ont entretenu des liens amicaux et ont eu de l'affinité entre eux. Le peuple turc, qui possède une histoire et une culture antiques, a éprouvé un profond respect pour les valeureux combattants d'Albanie, pour les savants, les philosophes, les hommes d'Etat, les architectes, les écrivains et les poètes albanais ou d'origine albanaise, qui ont apporté leur contribution aux efforts du peuple turc pour le progrès.

Le peuple albanais voue une admiration et un respect particuliers à la figure de Mustafa Kemal Ataturk, cette personnalité et cet homme d'Etat éminent, qui, avec un grand courage et inspiré par la pensée démocratique progressiste, a libéré la Turquie et son peuple courageux du complexe de l'empire des sultans qui le portait à asservir les autres peuples, qui a consolidé l'unité et l'indépendance véritables de la nation turque, et a engagé la Turquie dans la voie de la démocratie et du progrès.

Le peuple albanais a connu les sentiments bienveillants de Kemal Ataturk à l'égard de l'Albanie, et son opposition au roi Zog, à ce tyran du peuple albanais.

L'amitié sincère du peuple turc pour le peuple albanais et la noble inspiration d'Ataturk s'observent très clairement dans l'accueil fraternel des centaines de milliers de nos frères kosoviens, qui furent chassés de leurs terres de Yougoslavie. Nous remercions le peuple frère turc de cette attitude et de son amitié pour le peuple albanais, qui la lui rend bien."

Enver Hoxha, discours devant les électeurs de la circonscription 210 de Tirana, 10 novembre 1982 :

"La grande et sincère amitié qui nous lie au peuple turc frère ne s'est jamais démentie. Les diverses formes de régime ne l'ont jamais ébranlée, car elle est fondée sur les bons sentiments de nos peuples, sur les liens fraternels et de sang de centaines de milliers d'Albanais, qui vivent, travaillent, se marient, ont des enfants, meurent et trouvent leur sépulture dans la même terre que les Turcs.

Nous avons honoré et honorons toujours profondément le grand guide du peuple turc, Mustafa Kemal Atatürk, cet éminent démocrate, qui abattit l'empire ottoman et le khalifat et créa la Turquie nouvelle démocratique. Que tous les pseudo-démocrates et pseudo-socialistes qui oppriment les peuples, qui bafouent leurs droits et maintiennent en vie le colonialisme, édulcoré de belles paroles, prennent exemple sur Kemal Atatürk, qui trancha le « noeud gordien » de l'empire ottoman. Nous souhaitons cimenter constamment l'amitié qui nous unit au peuple turc frère et la développer dans tous les domaines."

15/11/2013

Joseph Staline et le mouvement de libération nationale turc

inönü_staline.jpg

İsmet İnönü et Staline.

 

Joseph Staline, rapport : "Trois ans de dictature prolétarienne", Bakou, 6 novembre 1920 :

"En Orient, les succès de l'Armée rouge amorcèrent un ferment qui, comme par exemple en Turquie, se développa en une véritable guerre contre l'Entente et ses alliés. (...)

Nous avons un noyau révolutionnaire, un centre de ralliement pour toutes les autres colonies et semi-colonies, dans la forme du gouvernement de Kemal, un gouvernement bourgeois révolutionnaire mais qui mène une lutte armée contre l'Entente.

Alors qu'il y a trois ans nous n'osions même pas rêver que l'Orient pourrait susciter une action, maintenant nous avons non seulement un noyau révolutionnaire en Orient, sous la forme de la Turquie bourgeoise révolutionnaire ; mais nous possédons également un organe socialiste de l'Orient (le Comité d'action et de propagande)."

Joseph Staline, discours à l'Université Sverdlov, 9 juin 1925 :

"Faut-il soutenir le mouvement de libération nationale en Chine ? A quoi bon ? N'est-ce pas dangereux ? Est-ce que cela ne nous brouillera pas avec les autres pays ? Ne serait-il pas mieux d'établir des sphères d'influence en Chine de concert avec les puissances « civilisées » et de nous emparer d'une partie de ce pays ? Ce serait avantageux et nous ne risquerions rien...

Faut-il soutenir le mouvement d'émancipation en Allemagne ? Est-ce que cela en vaut la peine ? Ne serait-il pas mieux de se mettre d'accord avec l'Entente sur le traité de Versailles et d'obtenir une petite compensation ?

Faut-il conserver notre amitié à la Perse, à la Turquie, à l'Afghanistan ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? Ne serait-il pas mieux de rétablir les sphères d'influence d'accord avec certaines grandes puissances ? Etc., etc.

Telle est cette mentalité nationaliste d'un genre nouveau, qui tend à la liquidation de la politique extérieure de la révolution d'Octobre et représente un bouillon de culture pour les éléments de dégénérescence."

Enregistrer

Place Taksim : la reconnaissance des kémalistes pour l'aide apportée par la Russie de Lénine dans la guerre de libération nationale turque

Cumhuriyet Aniti_Taksim_1928.jpg

 

Le Monument de la République, sur la place Taksim : derrière Atatürk, les bolcheviks Frounze et Vorochilov.

Enregistrer

Vladimir Lénine et Mustafa Kemal Atatürk

atatürk,lénine,turquie,kémalisme,communisme

 

Mustafa Kemal, lettre officielle à Lénine, 26 avril 1920 :

"Nous prenons l'engagement de nous joindre avec toute notre énergie et toutes nos opérations militaires aux bolcheviks russes qui se donnent pour but de lutter contre les gouvernements impérialistes afin de libérer tous ceux qui sont opprimés par eux. (...)

Afin de chasser les forces impérialistes qui occupent notre territoire habité par notre peuple et afin de consolider notre force intérieure pour pouvoir continuer la lutte commune contre l'impérialisme, nous demandons à la Russie soviétique de nous accorder sous forme de première aide cinq millions de livres turques-or, des armes et des munitions, dont la quantité sera fixée au cours des négociations à venir, et, en plus, certains moyens techniques militaires et du matériel sanitaire, de même que des produits alimentaires pour nos troupes."

Vladimir Lénine, télégramme à Mustafa Kemal, 7 janvier 1921 :

"Puis-je exprimer à nouveau notre gratitude pour votre message, et aussi nos voeux les plus sincères au peuple turc et son gouvernement qui se battent avec une énergie indestructible pour l'indépendance et la prospérité de leur pays."

Mustafa Kemal, lettre à Lénine, 10 avril 1922 :

"Mon Cher Président,

Le Traité que nous avons heureusement conclu avec la Russie ayant été suivi avec ceux intervenus entre nous et les Républiques du Caucase et subséquemment l'Ukraine, la Grande Assemblée Nationale de Turquie a ratifié récemment ce dernier Traité.

Pour procéder à l'échange des instruments de ratification une Mission Extraordinaire choisie an sein de la Grande Assemblée Nationale de Turquie et présidée par le Docteur Riza Nour Bey, Commissaire du Peuple pour l'Hygiène Publique et l'Assistance Sociale est partie pour l'Ukraine.

Etant un des négociateurs du Traité de Moscou Riza Nour Bey a aussi été chargé de se rendre en mission spéciale auprès de Vous.

L'Amitié de la Russie est toujours et comme par le passé la base fondamentale de la politique du Gouvernement de la Grande Assemblée Nationale de Turquie.

J'estime qu'actuellement nos deux Pays doivent plus que jamais constituer un bloc ferme en face de nouvelles méthodes inaugurées par les Puissances impérialistes et capitalistes. L'aide que nous a apportée la Russie à maintes reprises acquiert à nos yeux une importance spéciale.

Riza Nour Bey aura certainement 1'occasion de revenir à ce sujet dans ses conversations. En tout cas, je nourris le ferme espoir que cotte aide ne nous fera pas non plus défaut dans les circonstances que nous traversons.

Je termine, Mon Cher Président, en Vous assurant de mon très sincère et très profond dévouement et de ma très haute considération."

Samir Amin et le développement de la Turquie kémaliste

Samir Amin, Itinéraire intellectuel. Regards sur le demi-siècle 1945-90, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 115-116 :

"En Asie occidentale les circonstances - la pression de l'URSS - avaient fait de la Turquie un allié inconditionnel des Etats-Unis. Il reste que Washington n'a jamais renoncé à profiter de sa présence pour liquider le kémalisme - l'ancêtre avec trente ans d'avance du nassérisme et du projet de Bandoung. Revenu deux fois au pouvoir, en 1961 lorsque le général Gursel met un terme au régime compradore de Menderes, puis en 1980, le kémalisme, épuisé depuis longtemps, n'a jamais été capable ni de se dépasser lui-même, ni de laisser la place à un mouvement démocratique et populaire capable potentiellement de le faire. Son dérapage dans la direction du chauvinisme en 1983 (l'affaire de Chypre) s'explique peut-être par cet échec. Obnubilée par sa candidature à l'adhésion à la CEE, toujours refusée par Bruxelles, la Turquie a néanmoins à son actif un développement industriel compétitif qui la range dans le peloton de tête du tiers-monde nouveau. L'effondrement de l'URSS et la nouvelle donne au Moyen-Orient vont-ils mettre cette puissance au service d'un expansionnisme tournant délibérément le dos à l'Europe, ranimant un "néo-ottomanisme" ou un "néo-pantouranisme" ?"

Samir Amin, L'ethnie à l'assaut des nations : Yougoslavie, Ethiopie, Paris, L'Harmattan, 1994, p. 69-70 :

"Aujourd'hui, l'Asie centrale ex-soviétique constitue, avec la Turquie, la seule région du monde islamique sortie de la misère abjecte et de l'inefficacité totale de ses systèmes d'organisation et de production. Elle le doit au pouvoir soviétique."